Damon Faith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Damon Faith Dim 15 Juil - 13:57

Invité
avatar

Invité


Damon Faith



Trente cinq ans
Masculin
Ecosse
L’anglais, le russe, l'allemand et le français



Mon histoire



ACTE I : Le commencement
Ne pas connaître ses origines ne l’avait jamais perturbé. En réalité, tout ce qu’il savait, c’était que sa naissance avait eu lieu en Écosse et qu’il avait été ensuite envoyé en camp en Irlande. Rien de plus. Mais il ne chercha pas non plus. Les concepts de père, mère et tout autre lien de parenté lui étaient inconnus. Depuis sa naissance, l’état s’occupait de lui, et pour le petit garçon qu’il était, cela représentait ce qu’il y avait de plus fantastique. Très jeune, il fut formaté pour tenir le rôle d’orphelin de la nation. Une élite entièrement dévouée à l’état... Damon ferait briller celui qui lui avait tant donné, voilà ce qu’il s’était dit alors qu’il n’avait même pas dix ans. Un rêve de gosse, mais il s’y accrocha de toutes ses forces.

Ses premières années en tant qu’élève furent tout de même difficiles. Il rêvait de sciences et médecine, mais se rendit vite compte que ce n’était pas à sa portée. Heureusement, l’apprentissage des langues lui réussit et il put éviter de se retrouver dans la garde de fer. Il ne voulait pas être un simple pion pour l’Etat, se démarquer lui convenait mieux. Aussi, il rejoignit les espions. Ses tests psychologiques lui interdisaient d’être assassin : donner la mort le détruirait. Trop de bons sentiments, trop contre la violence... On lui enseigna donc à agir dans l’ombre, à devenir quelqu’un d’autre... Il reçut évidemment de nombreuses leçons d’art martiaux et de tirs, mais répugnait à devoir les appliquer. Sa plus grande faiblesse d’après ses mentors.

Malgré cela, il passa les étapes de sa formation sans problèmes majeurs. A quinze ans, il maîtrisait parfaitement quatre langues. L’anglais, évidemment, mais aussi le français, l’allemand et le russe. Des connaissances essentielles pour s’infiltrer dans une organisation étrangère. Le garçon reçut en plus quelques leçons de survie, mais à part allumer un feu, il ne retint pas grand-chose...

Pendant toutes ces années, ses relations s’étaient résumées à ses camarades et professeurs, sans se faire de véritables amis. L’Etat s’arrangeait pour que ça n’arrive pas et, même en étant ouvert, Damon ne dérogea pas à la règle. Avant ses premières missions, il découvrit tout de même les étreintes érotiques. Pas par amour, mais parce que les ordres le spécifiaient. Sa partenaire, comme lui, allait être envoyée dans une province étrangère et il leur fallait assouvir au moins une fois ce besoin. Peut être que leurs infiltrations nécessiteraient de donner de leur personne...

Après cette première nuit, le désir ne l’abandonna plus... Par la suite, il s’y adonna dès que l’occasion se présenta. Soit avec des orphelines qui, comme lui, ne cherchait rien d’autre que l’assouvissement d’une envie, soit avec des rebelles...

ACTE 2 : Ouvrir les yeux et espérer
Pendant des années, Damon travailla sans relâche à la destruction de la résistance. Rien ne semblait pouvoir lui échapper. Le monde de l’espionnage le connaissait, sa réputation le devançait, mais son visage, lui, restait inconnu. Une petite légende...

Emprisonné dans ce monde fermé, le jeune homme vécut son rêve de gamin lors de cette décennie. Comment voir le mal dans ce qui nous avait jadis sauvés ? Aveugle, il ignorait les exécutions sommaires suivant son enquête. Pour lui, ce n’était que justice. L’absence de procès n’était pas un crime, les preuves, il les avait fournie, alors à quoi bon retarder les sentences ? Le parfait soldat, aucune pensée personnelle ne semblait l’habiter. Pourtant, même un être formaté pouvait subir une défaillance.

La sienne arriva à l’aube de ses trente ans. Une mission comme il en eut beaucoup auparavant mais malgré ses efforts, aucun signe prouvant une rébellion ne lui apparut. Lorsqu’il rapporta ce fait à ses supérieurs, ils le blâmèrent. Pour la première fois de sa carrière, on considérait qu’il avait échoué. Damon ne comprenait pas pourquoi l’absence de réseau rebelle dans une région était prise pour un échec. Cela signifiait pourtant que l’état avait la main mise sur cette partie du territoire, non ? Le germe du doute planait dans son esprit. Mais si rien de plus ne s’était passé, il se serait envolé. Seulement, en dépit du défaut de preuves, des arrestations eurent lieu, suivi de la sentence habituelle. Toujours sans défense possible... Cette fois, le doute avait pris racine, et le déloger relèverait du défi.

Damon ne laissa rien transparaître et continua ses infiltrations. En même temps, il répertoriait les informations sur le gouvernement. Celui qu’il avait idolâtré depuis son enfance. L’espoir découvrit la face cachée qui lui avait toujours échappé jusque là. Son univers doucement se décomposa. Avec lui sombraient ses certitudes et disparaissait sa motivation. Il était devenu adulte. Sa naïveté de petit garçon venait de le quitter. Tardivement, mais les conséquences n’en étaient que plus grandes. Comment vivre après avoir donné tant d’années à une illusion ? Comment survivre à cette perte ?

Ses interrogations diminuèrent les capacités d’analyse de Damon qui fut bientôt relégué dans la « hiérarchie », retrouvant de banales missions, comme à ses débuts. Finalement, on lui imposa la retraite. Ses yeux s’agrandirent à cette nouvelle. Il n’était plus le fervent protecteur d’autrefois, mais s’il quittait ce poste, que deviendrait-il ? Où irait-il ? Comment avancerait-il ? Ce désarroi fit jubiler ses responsables, restant de marbre en apparence. Damon était devenu un pion idéal à sacrifier...

« On peut t’offrir une dernière chance. »

Un espoir naquit. Une étincelle s’alluma dans ses yeux. Ils avaient gagné. Sans même le savoir, Damon se précipitait dans leur piège, ne réfléchissant plus, il voulait garder une raison de vivre. Même si, au fond de lui, il savait qu’elle était presqu’immorale. C’était tout ce qu’il avait connu et ne possédait rien d’autre à quoi se raccrocher.

« Que dois-je faire ? »
« Infiltrer une organisation dans le Michigan. Essayer de nous rapporter des dirigeants. Es tu toujours prêt ? Ca fait cinq ans que tu n’as rien eu à ce niveau... »
« Oui. »
« Tu as dix minutes, emmène le minimum. Rendez vous devant l’ascenseur. »

L’espion se rua vers ses quartiers où il fourra quelques vêtements dans un sac. Il allait sortir mais ajouta d’abord quelques barres de céréales. Damon attendit ensuite devant les portes de la cabine. Elles s’ouvrirent sur les deux hommes qui le dirigeaient. Ils montèrent sur le toit où l’attendait un hélicoptère qui le mènerait à l’aéroport. Là, il partirait pour les Etats Unis. Pendant le trajet, il se focalisa uniquement sur la méthode qu’il emploierait. Mettant ses doutes de côté. Ignorant les desseins de ses supérieurs. Ne sachant que celait devait être son dernier voyage...

Il n’avait que trente cinq ans...

ACTE 3 : La fin d'une époque

Quand il ouvrit les yeux, Damon découvrit l’obscurité d’une cellule. Enfin, le mot était peut être un peu trop fort. Il lui sembla que la pièce n’avait rien à envier à un hôtel pas trop miteux. Un lit, pas trop de poussières, une surface raisonnable... La grande différence était l’absence de fenêtre. Ce fut cet indice qui le persuada que sa légère amnésie n’était pas vraiment naturelle, comme après une grosse cuite, et qu’on ne l’avait pas amené ici par bienveillance. L’espion se massa les temps, tentant de se souvenir en faisant passer l’horrible douleur qui lui vrillait le crâne. La porte de la pièce grinça alors. Il cessa aussitôt de bouger, se concentrant sur le faisceau de lumière qui s’agrandissait. Un homme entra, escorté par deux autres à l’allure patibulaire. Ses lèvres s’étirèrent, il n’aurait aucune ouverture. En comprenant sa situation, il s’était déjà résigné à subir cet interrogatoire. Durant sa formation, Damon avait déjà subi des tortures et autres sévices psychologiques pour le préparer à sa capture et ne rien dire... L’état n’avait aucune information sur les méthodes des rebelles mais essayait de prévoir le pire. Contre ses « agresseurs » en exercice, il avait toujours joué la carte de la provocation amicale, aussi, en les voyant avancer vers lui, la porte se verrouillant derrière eux, ses bras s’écartèrent de son corps en une invitation à le rejoindre.

« Je vous en prie, faites comme chez vous. Ce n’est pas très luxueux, mais mes moyens sont un peu limités. »

Son regard se mit à pétiller, comme celui de l’homme le plus proche, mais les deux cerbères, eux, se renfrognèrent. Apparemment, cet accueil n’était pas à leur goût. Ils seraient faciles de les faire disjoncter, mais l’autre... Lui, c’était le plus dangereux. Rester froid, calculateur mais parvenir à ses fins. Il devait être ce genre de type, le plus difficile à contrer. Damon se sentit sonder avant qu’une voix presque joyeuse ne vienne lui répondre.

« C’est trop aimable, je suis content que ça vous plaise, j’ai moi-même choisi ce lieu. On a pris la liberté de vous conduire alors que vous dormiez, j’espère que vous ne nous en voulez pas ? »

Pendant qu’il parlait, les gros bras s’étaient rapprochés à mi distance entre eux. Son sourire toujours intact, il reprit sur un ton léger.

« Au fait, vous pouvez m’appeler Edwin. Quel est votre nom déjà ? John ? Elton ? »
« Damon en fait. Je dormais donc ? Qu’avez-vous utilisé ? »
« Damon ? bien. Qu’insinuez-vous ? »
« Voyons Ed’ - je peux vous appeler Ed’ ? - j’ai été franc jusqu’à présent, non ? Vous pourriez en faire de même... »

La tension venait de monter d’un cran. L’homme avait perdu son sourire et les muscles des deux autres étaient tendus à l’extrême. Le vrai jeu allait bientôt commencer.

« D’ailleurs, vous vous êtes renseignés avant de m’enlever ? Comment votre informateur m’a-t-il découvert ? »

Damon quittait le manuel. Ses doutes sur le gouvernement étaient trop importants pour qu’il le protège. Sauver sa peau était son unique but. Ou au pire, faire des dégâts en partant... Aucun des hommes n’ouvrit la bouche.

« La méthode classique ! » s’exclama-t-il avec bonne humeur. « Combien de foyers minables comme celui-ci ai-je détruit ainsi ? Vous ne pouvez pas imaginer. D’ailleurs, de vous à moi Ed’ » sa voix se mua en un murmure « il ne vous reste qu’une semaine, deux, à tout casser, si vous êtes tombés sur un nouveau. »

Ce fut ce moment où ils portèrent le premier coup qui le repoussa sur sa couche. Un goût métallique lui emplit la bouche. Damon cracha un peu de sang sur le sol en se redressant. Il s’essuya ensuite la bouche du revers de sa manche avant de sourire.

« Apparemment vous l’ignoriez... C’est comme ça que l’on se débarrasse de certains espions dans mon genre. »

Un deuxième poing se prépara à m’atteindre mais Edwin l’arrêta, envoyant l’homme prévenir le gardien.

« Vous avez la langue bien pendue pour un espion. Pourquoi devrais-je vous croire ? »
« Je n’ai pas de réponse à vous donner. »
« Pourquoi me prévenir ? »
« Pour sauver ma peau bien sûr ! »

Les deux colosses cognèrent en même temps et une vague de douleur le traversa. L’autre se mit à rire comme après une bonne blague.

« Crois tu qu’on va te relâcher ? »
« Non, mais il me semblait que les rebelles se battaient contre une tyrannie pour faire un monde meilleur, pas pour en instaurer une nouvelle... Vous le saviez ? Les mouvements qui mettent fin à un régime s’enferment souvent dans les mêmes excès que leurs prédécesseurs... »

Cette fois, il avait visé juste et les coups le laissèrent sur le carreau quand ils s’arrêtèrent. Avant de clore la cellule, Edwin se retourna vers lui.

« On va vérifier tes informations, mais ne garde pas trop espoir. Tu ne sais rien de nous, un serviteur comme toi ne peut pas comprendre. »

La porte laqua. Damon laissa échapper un rire qui le plia en deux pour le faire cracher un mélange de salive et de sang. Ils ne l’avaient pas loupé.

« C’est toi qui ne peut pas comprendre » murmura-t-il au plafond...

ACTE 4 : La rencontre...
Allongé dans le noir, le temps passait sans que Damon ne puisse le voir. C’était le genre d’épreuves qui lui avait déjà été imposées lors de sa formation. Une torture morale que l’on ne remarque pas. Sournoise, elle vous déconnectait du monde, vous décrochait du temps. Sans aucun repère dans l’Espace, on devenait bien plus vulnérable. Mais il le savait, l’entraînement ne permettait pas d’échapper à ce fait, seulement de résister plus longtemps. Si la patience des tortionnaires cédait la première, alors l’espion mourrait, mais si c’était en silence, c’était un moindre mal pour l’état. Un homme se remplaçait toujours, mais un secret révélé n’était rien d’autre qu’un poids à traîner...

Un filet de lumière traversa la pièce. Une personne, seule, venait d’entrer. Le pensaient ils si faible ? Damon se leva rapidement, près à sortir, si l’occasion se présentait. Un léger éclat blanc lui apprit que l’autre souriait, ce qui fit retomber son excitation. L’adrénaline qui s’était déversée en lui se diluait déjà pour retrouver son calme initial. Essayait-on de le déstabiliser ? Comme s’il lisait dans ses pensées, l’homme choisit cet instant pour briser le silence.

« Non, je n’ai aucun don psychique, juste une certaine expérience de ces situations. »

Cette voix, il la reconnut aussitôt. Plus tôt, heures ou jours il ne pouvait le dire, c’était lui qui l’avait interrogé. Inattendu comme technique. Changer celui qui posait les questions évitait les anticipations gênantes, mais les rebelles ne semblaient pas s’en préoccuper. Damon se dit qu’ils avaient déjà obtenu assez pour passer outre cette « règle ».

« Tu ne nous as pas menti. »

L’espion ne pipa mot, observant cette silhouette qu’il voyait se détacher de la pénombre. Il était sur le qui-vive désormais, prêt à se défendre. Mais l’homme ne bougea pas, il devait lui aussi le fixer.

« Il semblerait qu’il était bien moins expérimenté que toi, Damon. Il a craqué après quelques heures seulement. Son cadavre pourrit quelque part dans les égouts. »
« Il y a de meilleures cachettes, Ed’. »
« Mais moins sure à atteindre... »
« Certes. »

Nouveau silence entre les deux ombres. La sous nutrition et les contusions eurent raison de Damon qui fut contraint de s’asseoir. Il se trouvait alors comme inférieur à son ravisseur et n’aimait pas ça, mais son physique avait des limites...

« Même en jouant aux forts, on finit par craquer, n’est ce pas ? »

Il sourit, laissant échapper un rire nerveux. Cet enfoiré avait totalement raison, mais il garda le silence. L’autre en profita pour poursuivre son monologue.

« Tu sais, on a ici un docteur. Pas toujours très net, certes, mais il veut d’ausculter pour une de ses expériences. Si tu ne conviens pas, tu rejoindras ton camarade. Si par contre tout est bon, tu découvriras la vie fabuleuse de cobaye. »

Un sourire malsain se dessina sur le visage d’Edwin. Il claqua des doigts et deux hommes vinrent prendre Damon pour le traîner dans les souterrains. Il aurait aimé se révolter, mais reconnaissant les deux colosses qui l’avaient tabassé à plusieurs reprises, il ne broncha pas. Se réserver pour ce soit disant docteur était plus important. Les couloirs se firent de plus en plus lumineux, et finirent par devenir éblouissants avec ses murs d’un blanc immaculé et ses puissants néons. L’espion plissait les yeux. Le groupe arriva finalement devant une porte où la plaque accrochée indiquait qu’un certain Dr Oliver travaillait ici. Edwin passa devant et ouvrit la porte aux colosses qui entrèrent. Leur chef ferma et ils le lâchèrent. Damon qui puisa dans ses dernières ressources pour faire face, debout, à celui qui voulait l’examiner.

Autour de lui, le cabinet était d’une blancheur égale à celle des couloirs. Il ne nota rien d’autre et n’en eut pas le temps, un homme entrait par une autre partie. Ses yeux détaillèrent ce nouveau « patient » et Damon détesta cette impression. Les trois autres semblèrent s’en amuser, mais lorsque le docteur parla, ils reprirent aussitôt leur sérieux.

« Bonjour Damon. Commençons... »

Le temps s’écoulait, s’approchant de son changement de dimension, sans que l’espion n’en soupçonne même l’existence...






Mon reflet



Les premiers rayons du soleil viennent percer la pénombre d’une chambre miteuse. La poussière se révèle dans ce faisceau, mais elle aime aussi se déposer en épaisse couche sur le mobilier. Une table de chevet, une armoire et un lit... Rien de plus classique. Aucune trace de personnalisation, rien ne laissant penser qu’une âme vive dans cette pièce. Pourtant, en chassant l’ombre, la lumière dévoile une silhouette assez grande recroquevillée sur le matelas. La couverture qui la recouvre ne laisse rien apparaître, remontant au dessus de sa tête en protection inefficace contre le jour. Un grognement s’échappe de cette masse avant que les draps ne s’envolent au pied du lit. Un homme à la chevelure blanche, assez longue pour lui bloquer la vue, apparaît aux yeux du monde, avec pour seul vêtement un caleçon. Pourtant, il ne semble pas être âgé. Une trentaine d’années, un peu plus peut être, mais déjà ses cheveux ont perdu leur couleur brune d’autrefois. Il n’a rien fait pour le cacher, appréciant ce détail qui le démarque souvent.

Après quelques minutes d’immobilités, ses paupières s’agitent. Clignements rapides qui finissent par dévoiler un regard vert vif. Pourtant, pas l’ombre d’une étincelle de vie ne s’y lit. Il semble au-delà de ça. Ses mains viennent masser son visage tandis qu’il s’assied. Une courte nuit de plus. Peut être qu’un jour ces insomnies disparaitraient. L’homme laissa échapper un long soupir avant d’attraper le paquet de cigarettes traînant dans la poussière. La dernière. Après ça, il n’aura plus l’occasion d’avaler de nouvelles bouffées toxiques. La fumée gonfle son torse. Pas de musculature impressionnante ni de surpoids, il est simplement mince. Un peu trop peut être, cette inspiration dévoilant aussi la forme de ses côtes. Ne le pensez pas faible pour autant ! En se levant, ses muscles se contractent avec finesse et c’est d’un pas vif et léger qu’il change de pièce.

Son mètre quatre vingt se contorsionne pour plonger dans la baignoire qui se remplit d’eau tiède. Aucune trace ne vient polluer la blancheur de sa peau. Rien de surnaturelle à cette couleur, l’homme n’aime guère le soleil et se protège toujours pour ne pas supporter ses rayons. En sortant, une serviette autour de la taille, il attrape la pile de vêtements propres qui l’attend. Il les enfile rapidement. Un pantalon brun, assez ample qu’il affectionne pour marcher et une chemise claire des plus simples. Le miroir lui renvoie son image. Un visage marqué par la fatigue mais qui garde malgré tout un semblant de jeunesse. Les rides ne l’ont pas encore attaqué. Un sourire énigmatique complète ce tableau avant que le silence ne soit rompu.

« T’as une mine affreuse mon vieux... »

Un timbre grave qui fait vibrer ses cordes vocales. Il laisse échapper un petit rire qui s’y accorde joliment avant de quitter les lieux. Bientôt, il n’existerait plus sur ces terres.






Mon caractère



Comment le décrire ? Ou plus précisément, qui pourrait le faire ? Damon n’a jamais eu de réel ami, sa fonction ne le permettant pas. Détailler les différentes personnalités qu’il avait dû endosser pour son travail serait inutile, ce serait brosser le portrait d’un étranger... Cependant, en remontant aux premières années de sa vie pour ensuite la faire défiler, il était possible de noter quelques renseignements.

Son enfance reflétait son côté studieux qu’il conserva malgré les années. Ce n’était pas les sciences qui l’attiraient, plus depuis longtemps en tout cas. Découvrir son incompétence dans ce domaine avait douché son enthousiasme. Seules les langues et l’histoire avaient droit à son attention. Cette seconde matière avait contribué à lui ouvrir les yeux sur le gouvernement qu’il vénérait. Tardivement, certes, mais cela amenait le deuxième point visible de sa personnalité : l’espion était un homme blessé...

Physiquement, il n’en portait pas la moindre trace bien sûr, mais les plaies les plus profondes ne sont pas celles de la chair. Tout donner pour un état qui finit par le repousser alors que son travail était juste... A peine cicatrisée, la trahison avait été plus loin, le rejetant totalement en le livrant aux rebelles pour l’infiltration d’un gamin qui n’avait pas encore fait ses preuves... Comment croire à nouveau ? Comment donner sa confiance ? Perdue, il ne la rechercherait pas encore. En attendant, un masque déjà usé sauverait les apparences. En tout cas, tant que sa légère arrogance ne ferait pas surface...

En réalité, il n’était pas vraiment prétentieux mais aimait la provocation, ce qui le conduisait souvent à cet extrême. Sans perdre son sang froid, Damon titillait son interlocuteur pour le faire craquer. Il en avait plusieurs fois fait les frais sans vraiment s’en soucier. Le plus dur pour lui, était de constater que lui aussi pouvait déraper. Quand l’échange tournait en sa défaveur, lui aussi s’énervait, et un sentiment d’impuissance, qu’il abhorrait, le submergeait alors. Sa réaction variait ensuite suivant les personnes, de la violence simpliste à la retraite honteuse...

Rien de plus ne ressortait de sa vie. L’espionnage avait englouti sa personnalité. Mais privé de son métier, de nouvelles informations pourraient émerger de ses actions...









Autres informations


►Avez-vous bien lu les règles ?
[ Validé <3 ]

► Votre Pseudo HJ
Bee

• Comment nous avez-vous trouvé ?
Euh... C’était hier, mais je sais plus exactement comment, sûrement un top site.

• Comment trouvez-vous le forum?
Sobre et agréable.


Dernière édition par Damon Faith le Lun 13 Aoû - 19:07, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Sam 21 Juil - 15:19

Pionnier
Féminin

avatar

Bonjour et bienvenue.
Comme j'aime bien être la première à répondre aux fiches, je laisse ma petite trace ici même si tu n'as pas terminé.
Bref, j'aime beaucoup le physique, je devrais essayer cette méthode moi aussi. Ta plume est géniale ! On attend impatiemment la suite de l'histoire, ainsi que sa psychologie. Et, ultimement, on attend de RP avec toi.

Fais signe lorsque tu auras terminé, c'est avec plaisir que je terminerai la lecture de cette fiche.

Bonne fin de journée et bon courage pour le reste ;)


avatar par Loeva ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Damon Faith Lun 13 Aoû - 21:02

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

Bon, ça aura prit un petit moment, mais tu as enfin fini ( Et avant Clumsy, ahahah ah) ♥

Le seul détail qui me titille est:

Code:
Seules les langues et l’histoire

C’est qu’en fait, même les orphelins ont une version trafiquée de l’histoire, mais je ne te ferrai pas éditer pour si peu, je veux juste que tu le gardes en tête.

Sur ce, je te déclare validé!

N’oublie pas que ton premier RP doit être ton arrivée dans ‘’Le champ de pierres ‘’. N’hésite pas à te faire une demande de rp , un Wanted et un journal .

Have Fun ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Damon Faith


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Damon Faith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Shopping Trip [Faith]
» Factory of faith ♦ demande en attente
» Factory of faith ♦ demande en attente
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: Préambule :: Archives :: Mémoires-