Francis McKeon ~ [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Francis McKeon ~ [en cours] Mar 23 Oct - 20:34

Invité
avatar

Invité


Francis McKeon



VOTRE ÂGE ICI
Masculin
Canada (Québec)
Français, anglais, espagnol, italien et japonais



Mon histoire



Il était une fois un jeune couple très heureux qui vivait au Québec, province française du Canada. Ce couple, très, très uni, attendait un enfant, qui était un garçon, dont les parents ignoraient comment l’appeler. Puis, la jeune femme fit une liste de prénoms masculins.
Un beau jour, où elle atteignait son septième mois — ou plutôt c’était le bébé qui l’avait atteint —, son mari devait partir, car il était un soldat. La jeune femme s’inquiéta pour la vie de son époux lorsqu’elle entendit ceci. Pendant un mois et demi, elle n’arrêtait pas de penser à son mari qu’elle oublia quasiment la vie son petit.
Le jour de l’accouchement, c’était une soirée bien difficile pour elle. Elle dut forcer et forcer comme une « folle », et en quelques minutes — environ dix à quinze minutes — le bébé naquit. La pauvre jeune femme regardait son enfant pleurer, mais, en cause d’une forte hémorragie, elle mourut après avoir prononcé le nom de son fils unique, où le petit devint orphelin…
Les années qui suivirent, Francis McKeon fut le « fils adoptif » de sa tante maternelle, qui l’avait adopté. Le garçon avait un grand cercle d’amis dans le cartier qu’il vivait, contrairement à sa cousine du même âge, Alicia McKeon. Sa tante, réalisant aussi qu’il était meilleur en cuisine et autres choses, ordonna à sa fille de faire les mêmes choses que son cousin Francis, mais elle avait souvent échoué. Lui, Francis — qui avait la même intelligence et les mêmes capacités que son père, mort à la guerre — avait cela dans le sang : son père était autrefois, avant d’entrer dans l’armée, un excellent cuisinier, ou plutôt un chef, et sa mère était une superbe pâtissière, où elle faisait de délicieux gâteaux pour toutes les fêtes (Halloween, Noël, Pâques, etc.).
Le garçon, dès l’âge de quinze ans, devint meilleur que sa tante et son oncle. Sa tante, voyant cela, devint totalement jalouse de son neveu, car il avait un talent exceptionnel en cuisine. Contrairement à sa femme, l’homme était très fier de lui, car c’était lui, en quelques sortes, qu’il lui avait appris à faire la cuisine. Ce n’était pas ce qu’il voulait vraiment faire plus tard, mais il aimait cela. Grâce à cet « étrange talent », songea-t-il, il pourrait devenir un très bon cuisinier, pâtissier, etc., tout ce qui a rapport à la cuisine.
Un jour, il décida de faire le repas du soir. Ce qu’il prépara était un repas qu’il avait trouvé dans un livre de recettes : des poivrons farcis au poulet. Ça lui avait pris environ cinquante minutes à faire le repas : vingt minutes de préparation et trente pour la cuisson. Lorsque ces poivrons furent enfin cuits, il les mit dans une assiette, où il se rappela qu’il avait fait quatre portions. Toute la famille mangea autour de la table, et tous disaient que c’était délicieux, voire Francis le disait. Tous étaient tombés amoureux de ce repas qu’il crut qu’il allait rater.
Quelques heures plus tard, tout le monde alla au lit.

C’était une nuit où tout le monde dormait. Francis s’allongea dans son lit douillet. Il pivota sa tête et regarda le réveille-matin : vingt-trois heures cinq.
Cela prit beaucoup de temps avant que Francis ferme ses yeux bleutés. Plus le minutes avançaient, plus ses paupières devinrent lourdes. Dans ce sommet aussi profond que les abysses des mers et des océans, il rêva à quelque chose qu’il crut avoir inventé.
Ce qu’il rêva était en endroit qu’il avait toujours voulu aller : une sorte de « monde imaginaire ». C’était un endroit où il y avait de grandes forêts, une plage au sable de cristal à côté d’un lac aux eaux bleutées, un petit village… C’était un endroit où il avait toujours rêvé d’habiter, mais il vivait dans un monde où les gens vivent moins en ville, comme dans l’ancien temps (dans les XIXe-XXe siècles).
Regardant tout le paysage, il s’écria :
— Ouah ! Comme c’est beau !
Il marcha à travers le village de la vallée, mais il ne savait point qui étaient les gens qui s’y trouvaient. C’était, selon lui, plus « naturel » que le Canada. Ce monde n’était pas rempli de villes et des villages comme le prouvent bien des pays : il n’y avait qu’un seul village entouré de lieux naturels. Il aperçut aussi des animaux et des plantes étranges — pas si étranges que cela, car ils ressemblent à « deux gouttes d’eau » à ceux que l’on trouve dans l’« ancien monde » —, et remarqua aussi une créature qu’il avait vu dans les livres : un dragon de taille minuscule. Selon lui, tout ça n’était qu’un rêve. Il n’y pouvait y avoir de dragons, ou autres créatures semblables.

Le lendemain matin, Francis se réveilla tranquillement, s’étira ses bras et ses jambes.
— Ah… fit-il, quel drôle de rêve j’ai fait !
Il se leva et fit son lit. Le garçon, terminant de placer les draps et les couvertures (sans oublier les oreillers, bien sûr), alla vers la cuisine pour se faire un petit déjeuner.
[…]









Mon reflet




Francis est un beau garçon. Il a un physique de jeune acteur. Il a beau être grand, mais n’est pas forcément musclé. C’est un garçon assez classe. Il aime bien paraître auprès de sa famille, ses amis, etc.
Francis est — selon certaines filles, en particulier sa cousine — beau comme un dieu grec, comme Apollon, dieu de la Beauté et du Soleil. Il a le visage de son père, mais les yeux de sa mère. Il a un beau visage, un visage adulte, où se trouvent une paire d’yeux bleutés, des sourcils pas très épais. Au sommet de son crâne se redressent de courts cheveux bruns aux reflets châtains. Sa peau est légèrement bronzée. Souvent, son regard est franc. Un regard des fois rempli de colère, mais souvent joyeux.



7 Lignes (Minimum) Vous pouvez aussi vous servir de cette section pour faire l'inventaire de vos possessions.







Mon caractère



Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-Texte- Texte-Texte-Texte-Texte-

7 Lignes (Minimum)







Autres informations


► Avez-vous bien lu les règles ?
[Validé par Loeva]

► Votre Pseudo HJ
Popcorn !!!

• Comment nous avez-vous trouvé ?
Ce sont des amis qui m'en ont parlé !

• Comment trouvez-vous le forum ?
En tout cas, plus grand le mien !
Revenir en haut Aller en bas

Francis McKeon ~ [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: Préambule :: Archives :: Mémoires :: Les candidatures refusées-