Le champ de pierres - D'une nuit noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Le champ de pierres - D'une nuit noire Dim 11 Nov - 19:07

Pionnier
Féminin

avatar

R.I.P. - Teva Riddell

Avant de partir, je craignais l’inconnu et toutes ces choses qui vous font croire que le pire puisse arriver inévitablement. Le pire, c’était tendance sur terre. Le pire, il dominait le monde et empoisonnait ma vie comme les leurs. C’est pourquoi, lorsque le docteur Oliver m’envoya en remplacement de mon père, j’opinai du chef. Le Nouveau Monde représentait tout mes espérances d’une qualité vie meilleure. Je n’avais qu’une vague idée de ce qu’il pouvait m’attendre de l’autre côté de ce portail lumineux et terrifiant et, pourtant, j’allais m’y submerger entière.

« … Soyez prudente, on ne sait jamais ce qui peut nous attendre aux détours… Et puis, courage. » Furent les dernières paroles que j’allais entendre de ma terre natale. J’avançai craintivement vers le portail et puis, inspirant un bon coup, j’eus le courage de le traverser.
Je fus, pendant un moment, aveuglée par tant de lumière. Un bref moment, j’étais à la fois dans le laboratoire et ailleurs et puis ce fut le vide, le néant et soudain, une blancheur éclatante. Comme tirée de force, je fus projetée sur un sol moelleux d’herbes. Mon arrivée m’avait donné des vertiges et puis, après un moment, je fus en mesure de reprendre le dessus et de respirer correctement. Le docteur m’avait prévenu de cet effet et m’avait conseillé de respirer lentement : mes poumons s’habitueraient à une atmosphère riche en oxygène.

J’arrivai sur Terra par une nuit moite alors qu'un faible crachin d'eau tombait du ciel. J’étais abasourdie par la fraicheur des gouttelettes et pour l’instant, je ne m’inquiétai point du froid qui allait me glacé jusqu’au sang si je ne me trouvais pas vite un endroit à l’abri. Je ne voyais rien autour de moi, la nuit était d’un noir d’encre et les nuages de pluie recouvraient la seule source de lumière de ce monde. Puis, je réalisai que j’étais encore accroupie sur le sol désormais vaseux. J’étais désorientée, complètement couper de tous les repères que je n’avais jamais eus auparavant. Il ne fallait pas avoir inventé la poudre pour comprendre qu’il s’agissait tout simplement de se lever pour mieux voir. Alors, je me levai, or ma petite taille ne me permettait pas d’en voir bien plus. À Tâtons, je décidai d’avancer vers ce qui me sembla être le nord (je n’ai jamais su m’orienter).
(…)


Dernière édition par Teva Riddell le Mer 6 Mar - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le champ de pierres - D'une nuit noire Dim 11 Nov - 23:19

Je suis le son que personne ne fait, je suis l'ombre dans la nuit, et le vent dans tes cheveux
avatar




La faune intervient dans votre rp et a écrit:

De l'agitation non loin de vous vous inquiète. Qu'est-ce donc ?
Des claquements de sabots, la respiration grognante et ahanante s'approche de vous...Vous vous retrouvez nez à nez avec un Porcalo.

->Ce qui vous force à vous enfuir comme vous le pouvez et à continuer votre Rp outrepart.






Art by koyamori.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le champ de pierres - D'une nuit noire Lun 12 Nov - 0:01

Pionnier
Féminin

avatar

R.I.P. - Teva Riddell

J'avançai dans la broussaille le pas hésitant puisqu'il n'était pas évident, dans une telle obscurité. L'émerveillement avait rapidement cédé à la crainte, puis à l'affolement lorsque des bruits inquiétants parvinrent à ses oreilles. Devant elle, il y avait quelque chose. Des gromelles. Des cris et puis soudain, deux points incandescents et une silhouette étrange qui se dessine. Dans un premier temps, je figeai et puis, sans prendre le tempsd'analyser, de réfléchir, je bifurquai sur ma droite et pris les jambes à mon coup car, cette silhouette m'avait l'air menaçante. Courant dans les hautes herbes, je m'écorchai les jambes sur la flore qui croisait mon chemin. Je couru longuement ainsi; je couru à en avoir la respiration sifflante, je couru à en avoir les poumons en feu. Jamais je n'avais autant fait appel à mon système sympathique. Non, jamais mon corps n'avait été meût par une telle peur. Je couru à en perdre l'haleine.

Ce ne fut qu'après ce qui me sembla une quinzaine de minute que je m'arrêta net. J'étais exténuée et je m'écroula contre un rocher à la lisière de la forêt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le champ de pierres - D'une nuit noire


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Le champ de pierres - D'une nuit noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Quand nuit noire se fait en plein jour.
» [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire
» Par une Nuit Noire et Sombre.... [Libre !]
» Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: Préambule :: Archives :: Aventures oubliées-