Sheepy go round of town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Sheepy go round of town Mar 25 Juin - 0:22

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

Sheepy go round of town

And I'm so taking the snail galloper


Les lunes se succédaient à une vitesse alarmante. Jour après jour, la neige s’était lentement retirée, formant d’abord des trous de verdures pour ensuite, comme reflété dans un miroir négatif, ne devenir que des taches blanches épar ci et là sur la robe verte et or du Nouveau Monde. L’engourdissement général s’était lentement dissipé pour laisser place à un écoulement rapide et effréné de gens qui papillonnaient dans les environs, récoltant tous fruits que le sol portait déjà, accueillant ces maigres trésors avec une joie redoublée.

La découverte du corps de Baruch, l’ermite qui s’était obstiné à rester seul dans son marais malgré l’hiver, ne semblait pas alourdir le moral des quelques habitants du village. Évidemment, aucun autre que moi ne lui avait jamais vraiment adressé la parole, pour certain, le fait qu’il était mort n’avait pas tant été une surprise que son existence elle-même. Cette découverte m’avait noyée à la fois de mécontentement et d’un triomphe jaune, mal placé, dans les deux cas, parce que je l’avais prévenu . Aucune affection particulière n’aurait pu réellement m’émouvoir, mais, comment dire…Être la seule à me préoccuper ne serait-ce qu’un peu de sa mort n’était pas naturelle, pas sain.

L’hiver n’avait pas fait d’autres victimes. Les gens étaient fatigués, certains avaient attrapé un petit coup de froid au dégel, beaucoup avait perdu du poids, aussi, mais mes craintes qu’une horrible catastrophe ne s’abatte maintenant que la température était clémente ne s’étaient pas encore réalisées. La population croissante de porcalos était peut-être un peu inquiétante, d’autant plus que comme nous, ils étaient désormais plus disposés à se dégourdir dans les sentiers boisés, rendant nos activités un peu moins efficaces et nos volontaires un peu moins téméraires. D’autre part, des projets naissaient partout : la construction d’un hôpital, la création de bateaux de pêche, la formation de champ d’agriculture , l’installation d’enclos pour l’élevage du bétail. Tous ces éléments étaient importants pour notre survie : étant condamnées à garder éternellement un camp près du site d’arrivée, les étapes de la sédentarisation devaient naturellement s’instaurer en vitesse accélérée. Étant encore intoxiqué par l’Ancien Monde, nos esprits fermés favorisaient les créatures ressemblantes ou à des poules, à des petits cochons, à des chèvres ou bien à des moutons. Je me doute que nous aurions désiré des chimères ressemblant à des vaches, mais aucune n’était encore connue…Ce qui n’est pas plus mal, d’après moi, considérant qu’il en coute moins, en espace et en ressources, d’élever de petites chèvres que d’énormes vaches. Accessoirement, je suis la première personne du village à n’avoir jamais vu certaines espaces résidant loin dans les collines : dragon arc-en-ciel, escargots géants ou mouton duocorne, j’eus mentionné leur existence à certaine personne, essayé de les montrer à d’autre. Pendant l’hiver, j’eus même essayé de dénicher les escargots, mais sans succès. Je préparais depuis quelques jours une escapade d’une nuit ou deux, empaquetant pour ce faire : corde, filet, couvertures et nourriture, bien déterminée à ramener quelque chose d’utile pour la vie de tous. Mouton, escargot. Un ou l’autre. Ou peut-être les deux. Ne sait-on jamais, avec un peu d’ingéniosité, rapporter les deux à la fois pourrait être encore plus facile que l’un sans l’autre. Quoi qu’il en soit.

Après avoir bien serré mes bottes de cuir autour de mes mollets et placé mon châle de peau autour de mes épaules, je sortis de ma hutte, l’anse d’un grand sac qui trainait au sol était mollement enroulée autour de mon poignet et tenue au creux de ma paume. Mes yeux voyagèrent sur la place publique, cherchant quelque chose, ou peut-être quelqu’un qui pourrait m’être utile dans ma quête. Je passai rapidement sur le médecin assis, les mains occupées, passant aussi les rousses jeunes filles en train de cuisiner, puis la silhouette sombre en train de réparer un filet de pêche, puis sur une autre trop pâle en train d’aiguiser un couteau. Mordillant l’intérieur de ma joue, poussant, un soupire, j’entrepris de me rendre vers mon but, lorsqu’enfin le dessin d’un enclos déjà fonctionnel – mais vide- attira mon attention, éclairant mon cerveau et mon moral.

Je vais vers elle.

Je cligne des yeux, une, deux, trois fois. « Emillian, is it ? Hrrr… Didn't you say that you wanted to go look for some sheep-like creature or something? »Dis-je. J’avais laissé mon sac près de ma hutte et questionné les gens occupés afin de finalement trouver la tête rousse de la femme-enfant. Mes yeux se posèrent bientôt sur la forme du bébé. Son bébé. Parce qu’elle avait un bébé et parce que celui-ci était dans le village, j’appréciais beaucoup la jeune fille même sans la connaitre. L’un des buts du projet était d’avoir des enfants, elle ne l’avait pas eu ici, certes, mais son fils – baptisé d’après mon oncle ? - était tout de même le premier enfant de la génération qui grandira entièrement ici et qui n’aurait jamais connu l’Ancien Monde. « “Cause, you see, I was about to go in the mountains searching for some. » Finis-je, clignant de nouveau des yeux en attendant sa réponse.

traductions:
 

Achievement Unlocked !
Succès ! Tu as accompli un défi : Dédier un post entier à la faune.
Tu peux désormais disposé de l'icône ci-dessus à ta guise pour afficher ton accomplissement !





Dernière édition par Lena M. Oliver le Lun 13 Jan - 20:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Sam 6 Juil - 1:05

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar


Émilie-Anne était en train de fabriquer une sorte de panier avec des matières végétales. Elle ne portait pas vraiment attention à ce qui l’entourait .Elle avait son petit à ses côtés. Pour le moment, il dormait et cela faisait du bien à la mère qui chantonnait une petite chanson folklorique de par chez elle. Elle jeta un dernier coup d’œil au petit qui venait de bouger dans ses couvertures. Émilie sourit en laissant échapper un petit rire. La vie était tellement belle en ce moment. Ce monde était parfait. Il y avait encore des cons et la barrière des langues était parfois source de tension entre les gens, mais la vie était merveilleuse, comparativement à celle de l’Ancien Monde.

Continuant de faire son panier, la jeune mère ne vit pas Lena arriver. Elle ne la connaissait que de nom et très peu de vue. Elle savait que Lena était un peu comme le chef ici et qu’il ne fallait pas se mettre au travers de son chemin puisqu’elle avait un fort caractère. À l’arrivée de sa consoeur, Émilie fit un saut. Anne était encore nerveuse, mais beaucoup moins que lorsqu’elle avait commencé sa nouvelle vie. Elle salua la demoiselle et l’écouta. Oui elle voulait trouver un animal à élever. Émilie avait même construit un enclos pour accueillir les animaux et grâce à un peu d’aide, il était désormais fini.


- Oui, je voulais trouver un animal à élever, mais je ne peux partir en expédition aussi soudainement. Un troupeau peut facilement partir en furie et, si cela arrivait, je ne pourrais protéger Olivier.

Les paroles avaient été exprimées dans un anglais longtemps travaillé et un le ton suggérait plus une proposition qu’une affirmation. Émilie-Anne devrait confier Olivier à quelqu’un, car qui sait combien de temps le périple prendrait et ce qui pourrait y arriver.




Achievement Unlocked !
Succès ! Tu as accompli un défi : Dédier un post entier à la faune.
Tu peux désormais disposé de l'icône ci-dessus à ta guise pour afficher ton accomplissement !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Lun 15 Juil - 23:46

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

Elle pense, j’attends en j’observant. J’étais allée vers elle, car je savais que le sujet de ma quête lui était partagé et qu’elle ne risquait pas de me refuser son assistance.

J’étais suspendue à ses lèvres, ignorant sciemment sa forme frêle et toutes les autres évidences qui auraient dû me signaler qu’elle n’était possiblement pas en condition de partir pour une aventure de quelques jours. Elle parle, je l’écoute. Une moue déforme des lèvres, des yeux se plissent : je ne comprends pas tout de suite les sous-entendus dissimulés dans son objection. Je scrute un moment l’amas de couverture et de chair avec équivoque, pesant les biens et les maux de l’expédition. Ce petit a-t-il vraiment à tout prix besoin d’elle pour les deux ou trois jours à venir ? N’est-il pas parvenu à l’âge où son régime idéal lui permettrait d’être sustenté d’autre chose que le nectar maternel pour cette courte durée ? Définitivement trop jeune pour un sevrage complet…Mais juste pour ces quelques heures ? J’examine, je réfléchis, cherchant dans ma mémoire mes notions de pédiatrie. Quel âge a-t-il déjà ? Il semble dodu et en santé, d’après moi il ne devrait pas y avoir de problème. « Oh that’s not a problem, just leave him to Ashton, that idiot owe me. » Mais devant la mine déconfite de la jeune mère et le court silence malaisé, je me ravisai avant qu’elle n’ait l’occasion de répondre. « …Or to Gavin. He IS a doctor, after all. » Après un moment de considération, la conviction que le pâle praticien était sans doute un bien meilleur choix que cet autre imbécile s’imposa comme une évidence nouvelle… comme quoi mon aversion envers cet individu floue quelque peu mon bon jugement.

Ce n’est qu’après ma nouvelle proposition qu’un écho d’inexprimé parvient à mon entendement, cette prise de cognition m’immobilise un instant, me laissant perplexe et pensive, avant de venir arracher à mon vissage un sourire entendu. « So yeah: Gavin can take care of him and we can go search for our sheep. Hum’yeah…A little livestock will definitely be good for our society… So… I have enough ropes and blankets for both of us, but you may want to bring some extra food whit you… » après avoir hoché de la tête comme si tout avait été entendu, je lui tourne dos, observant la place du village, les gens, les abris, l’enclos que la jeune mère avait mentionnés et tout le vide qu’il y aurait avantagé à combler .

Notre expédition était sans doute bien plus importante qu’il n’y paraissait. Malgré que nous n’étions que deux et que personne ne semblait motivé à nous imiter pour le moment. Les quelques poules et les chats élevés plutôt par besoin de compagnie que par intérêt durable n’étaient pas une base fiable de sédentarisation. Je soupire. Je retourne ma tête vers elle. « I let my things at my place. Come see me there when you’re ready ? »Je hoche de nouveau, satisfaite de mes arrangements, faisant déjà quelques pas qui m’éloignaient d’elle et de son petit garçon.


Traductions:
 


Dernière édition par Lena M. Oliver le Mer 15 Jan - 19:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Sam 27 Juil - 0:43

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar




Émilie-Anne écouta Lena et se laissa convaincre. Elle lui laissait un sursis, lui laissant le temps de trouver une personne pour s’occuper d’Olivier et pour se préparer. Émilie décida d’aller voir le médecin du village, un certain Gavin, comme l’avait proposé la ‘’chef’’ du village. Elle lui présenta la situation et il accepta gentiment de prendre soin d’Olivier. Anne lui donna toutes les recommandations sur comment le petit aimait se faire bercer, quoi faire s’il ne voulait pas dormir et toute sorte d’autres recommandations qu’une mère anxieuse puisse donner. Elle lui laissa aussi un sac rempli de chose pour le petit, comme des couches propres.

Lors qu’Émilie partie de chez le médecin, elle avait un pincement au cœur et se retourna plusieurs fois. Gavin aurait pu facilement voir les yeux de la mère inquiète…C’était la première fois qu’elle laissait le petit à quelqu’un d’autre. Le cœur en lambeau, mais sachant que c’était pour son bien, dans tous les sens, autant dans son confort de sécurité alimentaire que pour sa sécurité physique, le petit était mieux là où elle le laissait.

Retournant à son habitation, elle récupéra quelque bien qui pourrait lui être utile et ramassa quelque provision, emme si elle n’en avait que très peu. Elle se dirigea vers l’habitation de Lena et d’un mec assez impolie. L’habitation était en mélange entre une tante de peau et des mures d’osier.

-Lena? I’m here. Do we leave now?

La fille mère regardait la porte attendant que l’autre fille de son âge en sorte. Émilie était contente que Lena soit venue lui proposer d’aller chercher les moutons, en fait, Émilie trouvait que les gens du projet n’étaient pas très productifs et semblaient plutôt attendre que quelqu’un d’autre fasse les choses à leur place. Fille de ferme, elle était habituée de devoir travailler dur pour arriver à ses fins, mais tout le monde n’avait pas tous la chance de vivre sur une ferme, supposait-elle. Elle était heureuse de l’héritage intellectuel que sa famille lui laissait, sachant que les connaissances seraient surement de plus en plus utiles.


Traduction:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Sam 10 Aoû - 22:28

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

Bien que je fusse prête avant même d’aller voir la jeune mère, en l’attendant, je pris le temps de vérifier mon matériel, abandonnant untel couteau au profit d’une petite hache et plaçant le plus confortablement possible les sacs et les outils, enroulant la corde autour de ma taille, ajustant ma jarretière où se cachaient une petite lame et une fronde. «Yeah, I’m ready to go too.» Dis-je en poussant la porte de fortune dès que j’eusse attendu sa voix, mes bagages déjà bien attelés à mes épaules ou à mes hanches. Elle était bien équipée, elle aussi, mais surtout elle était plus qu’à l’ordinaire libre de ses mouvements sans son petit à tenir ou à guetter, il y a des moments, en l’observant de loin, où je me dis que d’avoir un enfant à trainer partout avec soi doit être encombrant, puis je me retrouve piégée dans ces énormes dilemmes, ces débats où j’essaye de déterminer quand serais le meilleur moment pour recréer, car aussi encombrante fusse cette tâche, elle était inévitable pour la réussite du projet. Et comment. Et avec qui. J’imagine que ce sont des choses desquelles je pourrais peut-être discuter avec elle si nous nous retrouvions avec un moment mort lors de notre expédition.

Nous nous étions mises en route, contournant les étendues d’eau et le marais via la vallée déserte. Il y avait de l’eau un peu partout, inévitablement on aura peut-être à se tremper pour continuer notre quête, mais comme il fait très chaud, ça ne serait pas dramatique, d’autant plus qu’on avait déjà une forte probabilité d’averse par le simple fait qu’on était en été.

En quelques heures de marche mi- silencieuse, mi-emplie de formalités banales, nous avions presque rejoint les formes escarpées que l’on apercevait déjà piquées de taches bleues : les quelques rares personnes à s’être déjà aventurées si loin savaient qu’il s’agissait d’une espèce de lézard que l’on n’avait trouvée nulle part ailleurs et que ne semblait craindre aucun prédateur malgré que nous ne lui ayons jamais observé d’habiletés spéciales. J’avais aussi pu observer un curieux phénomène, lors d’une expédition antérieure : une autre espace de lézard, ceux-ci tombant du ciel, que nous n’avions pas encore eu la chance de rencontrer aujourd’hui. Les premiers escargots titans avaient été vu non loin d’ici, à découvert, mais avaient bien vite été catégorisé comme des habitants des cavernes environnantes, les premiers spécimens de moutons ont, eux, été aperçus un peu plus loin encore. « We should make camp somewhere around here…Well…Maybe somewhere drier, but somewhere anyway since those sheep might be way easier to catch without all our heavy things.» Car malgré la distance stratégique, seules les surfaces abruptes étaient sèches sur des mètres à la ronde ; il me semble néanmoins avoir ultérieurement observé, non loin d’ici, une plateforme suffisamment plate où nous pourrions nous installer... Il y aurait aussi l’option d’essayer de trouver une petite caverne qui à la fois nous protègerait de la pluie, augmenterait nos chances de tomber sur des escargots et qui rendraient aussi la tâche de surveiller les moutons capturés plus faciles lorsque nous aurions à dormir. Le soleil descendait lentement, mais, heureusement, nous avions encore quelques heures de clarté devant nous, ainsi, si tout se passait comme prévu, nous serions possiblement sur le chemin du village dès le lendemain matin et pourrions retourner vaquer à nos occupations individuelles, seulement avec des moutons en arrière-plan. Et peut-être aussi avec de la soupe d’escargot.

Traductions:
 


Dernière édition par Lena M. Oliver le Mer 15 Jan - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Ven 1 Nov - 0:23

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar



La marche avait été assez pénible pour Émilie. Elle n’était plus aussi habituée qu’elle le croyait à ce genre d’exercice, mais elle réussit quand même à tenir le rythme imposer par la fille qui semblait être la chef du village malgré son jeune âge. Émilie était heureuse que sa compagne lui ait proposé de l’aider, se connaissant, elle serait surement allée chercher les bêtes seules.

Lena proposa de faire le campement pour, après, aller chercher le futur troupeau. Émilie hocha la tête et repéra rapidement une grotte étroite qui pourrait surement convenir à leur besoin. En s’en approchant, elle remarqua que l’endroit avait déjà servi de repaire à un carnivore. Ce qui lui fessait dire cette affirmation? Sans aucun doute les divers ossements qui trainaient au fond de cette caverne peu profonde, mais puisque les ossements semblaient dater, cette grotte était surement à l’abandon.


-What do you think?


Émilie-Anne aurait aussi voulu aborder la question des captures, mais il était préférable de bien séparer les conversations. En ce moment ce qui importait était leur abri pour la nuit, suite à quoi elles pourraient décider d’un plan d’action pour leur mission. Après tout, les moutons n’allaient surement pas s’envoler en si peu de temps.

Si Lena était d’accord avec Émilie, elles pourraient aborder le sujet des tours de garde et de la pertinence d’un feu, mais surtout, sur comment elles garderaient les bêtes près d’elles, car à moins qu’elles ne les capturent au matin suivant, le troupeau pourrais se déplacer durant la nuit et elles auraient à chercher pour.


Traduction:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Sam 9 Nov - 3:29

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

Émilie me suivait tant bien que mal. Il m’eut semblé, parfois, qu’elle aurait eu besoin d’une pause, seulement elle n’avait rien dit et je fus tout au long de notre balade en dilemme : j’étais agacée par ce manque de force physique, mais aussi émue et tentée de lui proposer une pause.   Bien que j’aurais sans doute été plus motivée par un compagnon de route plus agile et rapide,  nous n’étions pas particulièrement pressées et après tout, la jeune fille était une jeune mère et son corps économisait son énergie afin de pouvoir répondre à ceux de son enfant.  Je crois que je ne le répèterai jamais suffisamment, mais sa maternité lui gagnait mon plus sincère respect. Je m’étais tue, je n’allais pas lui octroyer, par pitié, une pause alors qu’elle faisait un effort pour être forte … Je ralentis toutefois mon propre rythme, surtout dans les chemins escapés afin qu’elle arrive à tenir le sien.

Je crois que la jeune fille aurait pu tenir un moment encore, mais l’endroit était véritablement à une distance appropriée de là où proliféraient les moutons cornus. Comble de chance, ma compagne aperçut bien vite ce qui semblait être une petite grotte.   Une fois sur place, je m’inquiétai d’abord des ossements jonchant le sol rocheux, visiblement, ils mirent aussi brièvement en hésitation la jeune rousse, mais celle-ci se rasséréna bien vite. « What do you think? » je lui accordai un long regard pensif, glissant périodiquement les yeux sur les vieux ossements.  « That we should build a fire . . . Just.In.Case. »  . Dis-je enfin, poussant déjà d’un pied les os qui encombraient l’entrée, les tassant vers le fond de l’étroite caverne. Nous n’aurions pas tant d’espace que ça et pour dormir décemment, nous aurions peut-être à s’installer en queue : idéalement – à mon avis – elle dans le fond, puis moi, puis le feu à l’entrée. Avec un feu comme barrière, ainsi protégées par les murs de pierres, j’hésitais quant à s’il était nécessaire d’établir des tours de veille. Probablement pas, d’autant plus que j’avais le sommeil léger et que logiquement, elle aussi en étant habituée d’être à l’affut du moindre son produit par son bambin. Il ne fallait pas oublier que nous avions une longue journée qui nous attendait demain et qu’une fois que nous aurions nos moutons, sans doute épuisées et rompues, nous serions forcées de rester tour à tour éveillées afin de nous assurer non pas qu’aucune bête ne rentre dans notre abri de fortune, mais bien qu’aucune n’en sorte.  

Cette caverne semblait assez profonde pour que nous y entassions  nos spécimens, ils seront ainsi faciles à garder, néanmoins prendre le risque qu’ils arrivent à s’enfuire pendant notre sommeille serait complètement idiot. Nous ne pourrons pas non plus en prendre beaucoup, pas seulement à cause de l’espace restreint dans la caverne, ni même parce que nous n’avions pas de place pour eux au village – parce que nous en avions, merci à Émilie et a Pavel – mais parce que nous n’avions pas moyen d’en nourrir trop cette année. Notre agriculture était encore instable, jamais nous n’aurions suffisamment de céréale pour nourrir un troupeau entier. Mais peut-être l’an prochain, ou peut-être celle d’après, à mesure ou notre minuscule horde s’agrandirait d'elle-même. Autrement, oui, l’enclos était énorme et prêt à accueillir de nombreuses bêtes, mais les pauvres ne pourront certes pas y rester une fois l’hiver tombé. . . Ils vont avoir besoin d’une étable et celle-ci n’est même pas encore dessinée.  « You want to go look for some wood down in the swamp or gather some rocks to make the fire pit? » Le marais n'était pas trop loin, pas trop humide à cet endroit, mais il demanderait quand même quelques allées et retours, les roches étaient certes plus près, mais les cailloux serait d’autant plus lourds à transporter et à placer près de l’entrée.  Au final, la charge de travail restait la même et prendre l’une ou l’autre des tâches m’était égale.



traductions:
 


Dernière édition par Lena M. Oliver le Mer 15 Jan - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Mar 10 Déc - 13:49

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Ramasser des pierres? Non merci! Émilie en avait suffisamment amassé pour bâtir la maison. La tâche serait sans doute plus ardue pour la jeune fille qui l’accompagnait, mais que voulez-vous, toute personne a le droit à ses moments de paresse, non?  La jeune mère fit donc part de sa décision à sa compagne et alla ramasser du bois. Au final, dans ces montagnes, la tâche était quand même plutôt laborieuse, surtout qu’il fallait avoir l’œil vif.  

Pendant que la fille-mère amassait le boit, son esprit vagabondait vers son fils, fils conçu sans son vouloir et qui lui avait apporté de grand malheur, mais qui était pourtant source de grand bonheur pour l’ancienne servante qui devait désormais se débrouiller pour survivre dans un monde hostile. Heureusement pour ces deux êtres, ils avaient trouvé une communauté qui avait su les accepter et où ils avaient trouvé leur place. La mère deviendrait une futur éleveuse, mais aussi une patanteuse : lentement, elle apperenait à faire de tout .

C’est d’ailleurs dans cette optique que le duo  était partie à la recherche de moutons nouveau genre : l’enclos avait déjà été construit avec l’aide de Pavel et n’attendait que les animaux. Un petit abri permettrait aux animaux de se cacher du soleil ou des intempéries. Éventuellement, l’enclos comporterait une sorte de grange pour les abriter pendant l’hiver et aussi accueillir les foins qui serviront à les nourrir durant cette dite période.

Par la suite, la jeune mère avait prévu ériger une cabane à glacé ; sorte de grotte artificielle où on entreposait de la glace durant l’hiver pour sens servir comme chambre froide durant l’été. Cela permettrait de garder les quartiers de viande, mais aussi les divers légumes. La jeune femme espérait que Pavel continuerait de chasser et à l’aider dans ses constructions, car elle s’était avérée une bien piètre chasseuse. Seules les quelques trappes qu’elle avait posées fonctionnaient plus ou moins bien. Bref,  sa force residait dans la construction et dans l’élevage.

C’est sur ces réflexions que la mère termina de ramasser son bois et retourna au camp où l’autre jeune fille s’affairait à fabriquer un rond de feu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Jeu 26 Déc - 23:07

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar

J’eus hoché de la tête sitôt que son choix fut émis. Parfait.  Sans attendre, je me suis retournée et me suis enfoncée dans l’ombre humide de la caverne afin de dénicher les grosses pierres dont nous avions besoin.  Après un bref inventaire des tailles disponibles, j’entrepris de prendre les plus grosses pour faire le premier tour du rond de feu, déposant celle-ci, une à une, autour d’une petite cavité naturelle. Loin d’être de belles et rondes pierres de rivières,  les pierres avaient des formes irrégulières, des creux, des  bosses, beaucoup avaient des petites cavités pleines de terres et certaines avaient des protubérances tapissés de mousses.  Quelque une, sans doute plus récemment détachée de la paroi rocheuse, étaient nues et propres, ce fait n’était toutefois pas bien important puisque je me concentrais surtout sur leur taille, sans être dérangée à l’idée de me salir les mains - et heureusement, parce qu’après seulement deux voyages mes ongles étaient déjà niellés de saleté et mes paumes tachées de terre. - , je les saisissais une à une avant de lentement les transporter, genoux pliés et bras tirés, vers mon monument de confort.  

Six pierres : le cercle commençait lentement à se refermer, Je comptais qu’il m’en faudrait peut-être quatre encore.   J’avais délibérément choisi de très grosses roches, ignorants celles qui n’atteignaient pas au moins le dessous de mon genou afin que le cercle soit bien creux et je me disais à présent qu’il serait peut-être sage de faire un deuxième tour, avec des pierres plus petites, afin de boucher les larges ouvertures que les formes incongrues formaient.

Je scrutais désormais l’ombre, cherchant une septième pierre, m’attardant plus que nécessaire afin de laisser mon dos se détendre et espérant que les palpitations dans mes bras cessent rapidement. Une grosse roche particulièrement ronde, un peu mousseuse attira bien vite mon attention, ainsi je la fixai videment, cherchant la motivation nécessaire pour recommencer ma pénible besogne.  Juste une dernière grande inspiration. . . D’accord, peut-être une autre encore. Juste une dernière. Non. Celle-ci c’est la vraie dernière. Bon.  Je me penche enfin, entourant mes bras autour de la grosse roche - Je notai qu’elle avait une texture bien étrange ainsi qu’une odeur un peu curieuse, mais n’en fit pas grand cas.- pour la soulever, je me suis retrouvée à la tripoter dans tous les angles, essayant de trouver la meilleure poigne pour sa forme et son poids.  Je ne fus d’abord pas surprise de découvrir que sa base était humide, mais après quelques lourds pas, la constatation que mes doigts s’enfonçaient lentement dans une surface vaseuse me percuta et la stupeur me fit m’immobiliser. Je n’osais pas regarder ni bouger. Des doigts, je me risquai seulement à ressentir, mais lorsque je sentis clairement la matière humide remuer et englober ces derniers, un brin de panique me prise et me fit tout lâcher.  La pierre tomba, roula, me dévoilant l’image surprenante d’une chair brune et gorgée d’humidité qui se tordait et essayait de se cacher en elle-même.  Du dégout, de la surprise, de réalisation puis enfin de l’enchantement s’enchaînait dans ma poitrine ; ce n’était pas très beau à regarder et ne sera pas commode à transporter jusqu’au village, mais devant moi, c’était un titan qui se tortillait ; un escargot haut comme mes genoux, large comme un ballon de plage. C’était le sain Graal des amateurs de gastéropodes et le salut des cuisinières, car sa carapace, comme celles de tous les escargots, était résistante au feu et pourrait servir de marmite.  - C’est l’une des deux bêtes que je voulais trouver dans cette escapade et, O bonheur, sa capture fut accidentelle et effectuée sans le moindre effort.  

Un, deux , trois tours de corde et sa coquille se retrouve solidement ligoté sur une énorme pierre, pas que je le pense capable d’avoir l’instinct de fuir, mais . . .  Juste au cas où. Satisfaite, je recommence ma besogne, désormais attentive à toutes les pierres bien rondes qui jonchent la caverne.  

Au retour d’Émilie Anne, le rond du feu était prêt  et un autre spécimen, plus foncé, encore plus gros, mais quelque peu plus ovale avait rejoint son ami près de la grosse pierre. J’étais souriante : j’abordais cette grimace incontrôlable qui annonce au premier venu qu’on a quelque chose d’heureux à lui annoncer. « Gues what I found » Dis-je après l'avoir aidée à déposer le produit de son labeur dans mon cercle de pierre,  pointant du pouce les deux masses solidement attachées à la grosse roche. . .De loin, on aurait dit que j’avais seulement, pour une vague raison, lié deux pierres à  une plus grosse avec une somme ridicule de corde.  


traduction:
 


Dernière édition par Lena M. Oliver le Mer 15 Jan - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town Mar 7 Jan - 16:03

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Arrivé au camp, Lena aida Émilie à se décharger de son fardeau. La fille-mère allait la remercier quand Lena lui montra trois roches attachées ensemble. Elle se demanda bien pourquoi sa compagne de voyage avait bien pu faire cela. . . avait-elle peur que les roches s'enfuisent? En s'approchant pour examiner les pierres, avec un air de consternation, Émilie vit une tache lisse avec de brillants reflets. En les touchant, elle vit que les tâches étaient en fait une sorte de chair, semblables à celles des escargots -pour en avoir cuisiné pour ses maîtres, Émilie connaissait bien leur texture-, mais ils étaient bien trop gros pour être des escargots. . .Ou bien ce monde avait-il favorisé l'évolution d'escargots géants ?

- What is it?

Émilie s'était tournée vers l'orpheline pour voir sa réaction. Lena pouvait voir l'interrogation dans les yeux de la mère. Si c'était des escargots, que le Dieu de ce monde soit loué, elles mangeraient à leur faim ce soir-là. Elle pourrait même en rapporter au village puisqu`elles ne mangeraient surment pas tout à elles seules.

En attendant la réponse, Émilie examina le rond de feu. Les pierres qui le composait étaient énormes. La chef du village avait dû s'épuiser à les transporter. Une chose était certaine, ce n'est pas Émilie qui aurait pu le faire puisque plusieurs vielles blessures trop profondes avaient altérés sa force physique - mais ça, elle se cachait bien de le dire aux gens du village. Qui voudrait affirmer qu'en plus de ne pas pouvoir chasser correctement, elle ne pouvait pas forcer comme la plupart des gens ? Heureusement pour la jeune mère, sa force avait bien été développée avant les blessures, ce qui ne l'a réduisait pas à ne pouvoir soulever qu'une plume. De plus, le docteur Oliver avait réhabilité la femme avant la naissance de son petit et aussi avant son départ pour le Nouveau Monde.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sheepy go round of town


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Sheepy go round of town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Les collines-