L'annexe du monde d'origine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: L'annexe du monde d'origine Ven 3 Fév - 22:43

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar

L'histoire d'un monde oppressé




Gracian Anghel fut un éminent membre du gouvernement américain. Il fut président en 2086 et ne supporta pas la fin de son règne. Gracian était un homme intelligent et très charismatique qui avait encore une bonne place au sein du gouvernement et qui était bien vu par les régies au travers du monde. Il se recruta quelques fidèles, une garde de fer qu’il manipulait à sa guise, et ensemble, ils formèrent un groupe discret qui grandissait chaque jour en nombre et en force .

En 2098, Gracian prend le pouvoir des États-Unis d’Amérique, tandis que d’autres membres de son organisation, bien placés dans les gouvernements d’outre pays, prirent le contrôle de la Russie, du Japon, de la France et de la Roumanie. Pour le citoyen moyen, cette soudaine prise de pouvoir n’était pas particulièrement grave et Gracian, avec l’aide de ses sous-fifres incrustés partout dans le monde, faisait rouler l’économie et augmentait les revenus du citoyen. Tout allait, en apparence, mieux que jamais. Il fut un dictateur aimé, si bien que beaucoup d’autres pays d’Europe, d’Afrique et d’Asie se plièrent à son régime.




Son fils Nicolae Anghel avait alors 22 ans. Dans l’ombre il prévoyait une titanesque réforme qui changerait la face de la société mondiale. Il s’assura d’abord d’avoir le plus de pays et de puissances mondiales au creux de sa main. Il créa également le programme « Les Orphelins de la Nation » qui ne comptait alors qu’une cinquantaine d’enfants destinés à devenir les grands génies de son utopie.

Plus tard, en quelques jours seulement, la moitié des dirigeants du monde furent assassinés et remplacés par ses hommes. Beaucoup d’agences gouvernementales furent détruites, des centres d’archives furent brulés. On perdit énormément de connaissances et d'histoire; une plaie dans le cœur de l'évolution de l'humanité. Les cris d'indignation et les remises en questions fusaient de partout, en réponse à quoi la nouvelle armée de Nicolae, bien plus féroce de celle de son aïeul, fit publics une foule d'exemples macabres. Les codes de lois s'effondraient, les droits humains se voyaient négligés, le peuple croupissait sous la poigne sans pitié du mégalomane. Bref, en quelques mois seulement, la population mondiale fut réduite au silence et à la peur.

Le règne de Nicolae fut long : il mourut dans son sommeil en 2179, à l’âge vénérable de 92 ans et il légua son empire à ses enfants.



Alors que la population s'atrophie sous une dictature qui l'empêche de fleurir et que la Terre agonise sous les affronts grandissants de la race humaine, la famille Anghel règne maintenant en maitre sur la totalité du globe.

  • Son fils Malovius n’a jamais été très ambitieux. Tête d'affiche du régime, il ne fait que gérer le royaume que son père a créé. C'est un homme nerveux et antipathique qui réside en Amérique du Nord et qui délègue ses responsabilités à ses frères et à sa sœur.

  • Gervideo, son ainé, est un homme froid et calculateur : il s'occupe avec un grand plaisir de tout ce qui est militaire et gère d'une main de fer les pays qu'il dirige, principalement la Russie, le Japon, une bonne partie de la Chine et l’Allemagne. Il fait la guerre aux résistants, mais on le soupçonne parfois de les encourager, seulement pour avoir le plaisir de les détruire encore plus glorieusement. Il semble également avoir un faible pour les belles femmes et possède un large harem de concubines.

  • Charles '' Chuck '' est de plusieurs années le Cadet de Malovius et de Gervideo. Il gère la Russie orientale, le canada, quelques pays dans le nord de l’Afrique et une bonne partie de l'Amérique du Sud. Malgré son statut, il s'intéresse peu à la domination du monde. Il est toutefois très apprécié pour ses talents d'organisateur, sa capacité à produire de jolies affiches malgré les sales gueules de ses ainées, sans oublier la facilité avec laquelle il invente des slogans et des chansons motivantes. Il a comme son frère Gervideo, un faible pour les jolies femmes, seulement il semble n’en courtiser qu’une seule à la fois. Une fois ennuyé d’elles, par contre, il les jette on ne sait où.

  • Benjamin est le plus jeune homme de la fratrie. C'est un homme doux et calme, toujours élégant et poli. Il s’occupe surtout de l’Afrique du Sud, des caraïbes, de la France et de l’Italie. Les pays sous son joug sont reconnus pour être beaucoup plus permissifs que ceux dirigés par ses frères. Il soutient discrètement la résistance et le projet du Docteur. Il ne faudrait pas pour autant le prendre pour un saint : c'est surtout qu'il s'amuse à se rebeller contre sa famille. Benjamin est toujours accompagné de son fidèle Laurent, son garde du corps, bras droit, conseillé et ami.

  • Ségolène, finalement, est la seule fille de la portée. Elle est de loin la plus insensible, la plus égoïste et la plus cruelle. Elle entretient des rapports douteux avec ses frères et ses employés. Elle ne gère officiellement aucun pays, mais elle met son nez partout. Il est difficile de la rencontrer sans en souffrir d’une façon ou d’une autre.


PS - En 2011, le contexte du forum commençait en 2197, soit 18 ans après que Malovius soit monté au pouvoir. En 2016, le premier monde serait conséquemment rendu en 2202.


Dernière édition par Dr.Oliver le Sam 5 Nov - 1:52, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine Mar 9 Juil - 21:31

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar


Le docteur et le Projet Terra


Le pessimisme d'Alan Oliver vous aura tous éradiqués de la surface de la Terre.

Il n’aime pas l’état, il n’aime pas les lois, il n'aime pas grand chose. Il n'attend rien de l'avenir tel qu'il se dessine. Cet homme aux traits taciturnes et à l'intellect éblouissant ne vit que pour la fructification de son projet et pour l'anéantissement de la société telle qu'il la connait.

Lors des premiers instants du Projet Terra, alors que celui-ci n’était qu’une hypothèse et que l’idée d’y envoyer des gens n’aurait même pas effleuré l’esprit du plus farfelu des scientifiques, Oliver entrevoyait déjà son monde parfait. Un monde juste ; un monde libre. Maintenant que la dernière phase, celle du peuplement, est commencée, le Docteur laisse son désir d'utopie le ronger entièrement. Toutes ses pensées sont absorbées par le déroulement du Projet et il revisite incessamment ses algorithmes et ses dispositifs d'envoi. Tout doit être parfait. Rien ne doit faire entrave à son dessein.

Dire que le docteur est affligé d'un complexe de Dieu serait presque insuffisant pour décrire la voracité qui l'habite. Sa sensibilité n'existe que lorsque son projet est concerné et si il offre une seconde chance à un bon nombre d'individus recherchés par l'État, il n'a jamais vraiment à cœur leurs intérêts. Seul le Projet Terra compte, seul le Projet Terra doit compter.

Soit. Au quotidien, Alan s'exhibe comme un homme très calme, tantôt sarcastique, tantôt maniéré et il pallie à son manque de sociabilité avec son charisme étonnant qui ne laisse jamais transparaitre la manie furieuse qui le dévore.

Le docteur Alan Oliver vit actuellement aux États-Unis, dans le Michigan, où il travaille à temps partiel dans une clinique résidentielle qui lui sert de couverture. Il reçoit quotidiennement des patients desquels il s'occupe et avec lesquels il tisse des liens. Il est aussi parfois appelé pour faire des opérations ou des suivis médicaux chez les hauts membres de la société.

Le docteur, en plus d’avoir sa clinique résidentielle au Michigan, travaille comme conseiller et comme tuteur dans plusieurs centres scientifiques et médicaux. Il lui arrive donc de voyager pour travailler, mais seulement pour des périodes de temps réduites.

Autrement, le docteur Oliver entretient des liens avec un bon nombre d'individus hauts placés, et ce autant dans la dictature des Anghel que dans la résistance. D'ailleurs, cette dernière branche est généralement un bon moyen d'entrer en contact avec lui.


Pour se rendre sur Terra

Lorsqu'un potentiel candidat pour le Projet Terra est amené au Docteur, celui-ci lui fait obligatoirement passer un examen médical complet. Il a tendance à envoyer ses candidats dans le Nouveau Monde tout de suite après l'obtention de leurs résultats, mais a occasionnellement gardé certains individus chez lui pour quelques jours, voire plus, dans l’une des sept chambres de sa maison afin de leur laisser le temps d’apprendre les bases de la survie et, ou, pour d'autres raisons diverses.

Le docteur refuse systématiquement d'envoyer des gens présentant des signes de maladies contagieuses ou qui ne leur permettraient pas l'autonomie physique ou psychologique.

La conception mentale d'Alan Oliver entrevoit un monde sans traces de technologies. Néanmoins, il sait que de repartir de zéro est une tâche ardue et compliquée, alors il offre la possibilité à ses candidats d’apporter certaines denrées et certains objets avec eux. Par souci de conserver la pureté du Nouveau Monde, il n’accorde le droit aux pionniers que d'emmener des objets simples.

Lors du départ vers le Nouveau Monde, le docteur installe ses candidats dans une machine non descript et l'enclenche. Les pionniers décrivent tous une lumière intense qui, apparemment, se manifesterait des deux côtés de la brèche. La lumière est perçue comme un faisceau par les habitants de Terra se trouvant à proximité d'un point d'apparition. Le point d'apparition le plus connu est le champ de pierre, mais d'autres sont périodiquement répertoriés et visibles sur les cartes du monde.


Dernière édition par Dr.Oliver le Dim 5 Juin - 2:27, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine Sam 19 Sep - 16:17

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar

L'histoire d'un peuple révolté



La résistance s’est officiellement formée en 2126, peu après la réforme de Nicolae. Il ne s'agissait d’abord que de quelques anciens disciples de Gracian qui étaient passés dans les mailles du filet d’exécution de Nicolae. Ces premiers résistants trouvèrent vite des alliés dans le peuple, des gens forts et prêts à tout pour regagner leur liberté, et firent de leur mieux pour rapatrier quelques orphelins de la nation encore en formation avant que ceux-ci ne soient complètement endoctrinés.

Au départ, leurs démarches furent fructueuses. Ils avaient même réussi à reprendre quelques villes au gouvernement mondial... Ce fut malheureusement l'apogée de leur mouvement.

Nicolae n'avait peut-être pas encore vraiment considéré ce mouvement comme une menace, ou peut-être s'amusait-il simplement à le regarder progresser vers un but qu'il n'atteindrait jamais, mais le jour où il décida que la résistance méritait son attention, ses proches soupçonnés de trahison furent torturés, exécutés, tandis que les résistants issus du peuple furent débusqués et tués. Moral décapité, la résistance fit profil bas à partir de ce jour-là. Les revendications et actions directes maintenant impossibles, les résistants se contentent de conserver le savoir, d’éduquer au mieux possible leurs enfants, d'aider au maximum le peuple tout en tentant de trouver un plan infaillible et de survivre jusqu’au moment opportun pour son exécution.

La résistance est davantage un mouvement qu’un ordre organisé. Il n’y a pas d’inscriptions et surtout pas de listes exhaustives. Certaines figures sont plus notables que d’autres, bien sûr, sans pourtant révéler leurs vrais visages au public. Il est excessivement rare qu’une personne se consacre seulement et uniquement à la résistance. Beaucoup de gens du peuple en font partie de façon symbolique, mais rares sont ceux qui sont vraiment agressifs. C’est surtout au sein de l’état, entre les espions et les agents doubles que l’action touche à son apogée.

Il existe également quelques camps de résistants qui arrivent à repousser des affronts armés de l’état, mais ceux-ci sont généralement dans des milieux géographiques difficiles, comme dans la forêt canadienne, dans les plaines sibériennes ou encore dans les souterrains de villes labyrinthiques.



Résistants notables affiliés au Projet Terra

  • Benjamin Anghel, soit le plus jeune frère de la fratrie Anghel et un ami de longue date d’Alan Oliver. Il ne partage pas nécessairement son pessimisme, mais il trouve le Projet Terra fascinant. Il agit principalement dans les pays dont il a les charges, c'est-à-dire l’Espagne et le Portugal, l’Italie, plusieurs iles des Caraïbes et quelques pays Sud-Africains. Sa présence ailleurs n'est toutefois pas impossible.

  • David Grimson est un agent double résidant au Canada. Il considère le Projet Terra comme la seule issue disponible à l’humanité. Il garde toujours l’œil ouvert pour des candidats potentiels.

  • Dannyck Charron est établi au Canada, plus précisément dans la province de Québec. Il est officiellement un gardien armé veillant au bon fonctionnement de la ville, mais dans l'ombre, c'est un résistant affirmé qui use de ses connexions au profit de la résistance et occasionnellement pour le bien du Projet Terra.

  • Carl Johnson est un agent double résidant à Londres : il est général de la garde de fer, mais également bien placé dans la résistance. Il compromet occasionnellement sa couverture en faisant disparaitre, au profit du Projet Terra, des gens condamnés par l`état.

  • Rory Matthew est un docteur originaire de l’Angleterre qui a quitté sa terre natale pour s’établir en Irlande. Il évite de se mêler au mouvement résistant, mais collabore occasionnellement avec lui pour envoyer des candidats à Alan Olivier. Sa contribution au Projet Terra est d’ordre plus personnel qu’humanitaire.



Dernière édition par Dr.Oliver le Lun 13 Juin - 4:32, édité 40 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine Sam 19 Sep - 16:17

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar

Une histoire de hiérarchie sociale




  • Les Orphelins de la Nation forment une caste sociale très vaste, car elle se compose de plusieurs branches. Du coté plus physique, on retrouve la garde de fer, les espions et les assassins, et du côté plus mental, les scientifiques, les médecins, les ingénieurs et les commerçants.

    Ces diverses branches sont alimentées par des enfants accueillis par le régime. Ceux-ci reçoivent les soins nécessaires à leur développement jusqu'à plus ou moins 5 ans, après quoi, ils sont envoyés dans des établissements très fermés où ils suivent un enseignement orchestré de sorte à les endoctriner aux valeurs de l’état. Dès leurs 10 ans, à la lumière de leurs résultats physiques, psychologiques et intellectuels, ils seront dirigés vers une concentration spécifique. Peu importe leurs castes ou leurs rangs, ils partageront une formation commune sur le plan des premiers soins, ainsi que des objectifs physiques communs à maintenir. Sinon, si la progression des apprentissages prescrit que la formation doit commencer vers l’âge de 5 ans, il arrive que certains enfants avec des circonstances particulières soient accueillis et intégrés plus tard au programme.

  • Les affranchis sont des Orphelins de la Nation qui ont terminé leur service ou qui ont accompli des actions notables : invention révolutionnaire, meurtre d'un grand nombre de résistants, etc. Cela leur permet de pouvoir se poser, d'acquérir des biens et d'avoir une famille sans avoir de comptes à rendre à l’État. Ils peuvent ou bien abandonner complètement leurs anciennes carrières, ou bien les continuer, mais avec plus de liberté. Par exemple, les espions et les assassins prendront souvent des contrats, les scientifiques, eux, œuvreront dans des laboratoires sur des sujets de recherche de leur choix. Tous les affranchis ont également l’option de devenir enseignant afin de former la jeunesse Anghelique, mais seuls les médecins auront l’option de prendre pour apprentis des personnes venant du peuple afin d'en faire des infirmiers ou des médecins de quartier.

  • La noblesse est principalement composée de la famille Anghel et de leurs proches. Ils possèdent de grandes ressources financières et leur position supérieure leur octroie de nombreux avantages dans tous les domaines (études, voyages, impunité devant la loi, etc). Les enfants nés dans cette classe sociale auront la possibilité d'être confiés aux meilleures institutions, mais à la différence des Orphelins de la Nation, ils n'ont aucune obligation à tenir envers le régime à la fin de leurs études.

  • Le peuple représente la plus grande partie de la population de la Terre et réunit les artisans, les travailleurs manuels et les travailleurs agricoles. Ceux qui désapprouvent le régime de fer s'y conforment : le but du citoyen moyen est de vivre (ou de survivre) aussi paisiblement que possible.

    D'anciens Orphelins de la Nation ayant été affranchis vont parfois abandonner leurs fonctions et se mélanger au peuple : ces derniers correspondent à la bourgeoisie et tentent souvent de se rapprocher de la noblesse.

  • Les résistants sont, au sens large, les gens qui s’opposent à l’ordre établi par la famille Anghel. Les activistes, plus précisément, vont utiliser moult stratagèmes pour nuire aux forces de l’ordre, en passant par les raids armés, le trafic d’armes et de produits, l’infiltration, le marchandage de l’information, et l’éducation discrète de la jeunesse.



Dans l'ombre de cette hiérarchie, il existe des castes à part, incomparables au reste de la population :

  • Les grands artistes sont des personnes qui possèdent des talents hors du commun dans un ou plusieurs domaines artistiques, par exemple dans les arts graphiques, la musique, la danse, etc. Ils peuvent être issus de toute classe sociale, mais doivent être pris sous les ailes de nobles mécènes qui exhiberont leurs talents pour faire briller leur propre renommée. Ils seront parfois amenés à rencontrer, voire à travailler directement pour la famille Anghel.

  • Le harem de Gervideo Anghel est composé de femmes élues par ce dernier pour leurs atouts charnels. Il s'affichera avec elles dans des fêtes et les prêtera à l'occasion à ces éminents effectifs en guise de récompense. Elles ne vivent pas une vie de rêve : les cages dorées ont le prix de l'abandon de soi. D'autant qu'elles seront à son service, et pas toujours de leur plein gré, ces femmes ne pourront pas connaitre l'amour ou avoir de famille. À moins d'être particulièrement appréciées par une tierce personne bien placée, elles ne seront jamais à l'abri d'être abandonnées sans préavis et sans dédommagement.

  • L'organisation du Libervius est un cercle très fermé de personnes chargées de gérer la mémoire de l'humanité. Ils ont la double tâche d'éliminer les traces de l'histoire auprès de la population, mais aussi de les conserver et de les cacher. De plus, ils ont le poste presque poétique d'agent à la communication : c'est-à-dire qu'ils sont chargés de garder et de communiquer avec certains prisonniers politiques (en gros, ce sont des bibliothécaires qui torturent des gens). Leurs plus grandes richesses sont les savoirs et l'information, et ils sont souvent appelés à jouer le rôle de conseiller auprès de toute la fratrie Anghel. On remarque toutefois qu'ils ont une connexion très étroite avec Ségolène en particulier.

  • Le projet Jaeger est une strate très élitiste des Orphelins de la Nation. Les candidats sont sélectionnés personnellement par le fondateur et directeur, Erik Jaeger. D’abord sur une base volontaire, le projet devient de plus en plus intensif, jusqu’à exiger des finalistes qu’ils s’entretuent pour obtenir le poste ultime d’agent spécial. Les survivants, limités à un par promotion, deviennent généralement des espions ou des assassins hors pair dont les services sont personnellement employés par la famille Anghel.


Dernière édition par Dr.Oliver le Sam 4 Juin - 19:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine Jeu 3 Mar - 22:56

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar

L'histoire d'un territoire



Veuillez noter que dans tous les pays, l'éducation du peuple est médiocre et lacunaire. D'autre part, la plupart des gens doivent respecter un couvre-feu sous peine de sanctions. Pour ce qui est du tourisme, de l’immigration et du commerce, il y a des moyens de transport très efficaces pour les gens de l’état : les scientifiques, les assassins en mission pour le gouvernement, etc. C’est toutefois beaucoup plus difficile pour quelqu'un du peuple d’obtenir un visa d’immigration, et quasiment impossible pour le voyage. Le commerce est pour sa part géré par des orphelins de la nation spécialement formés uniquement dans cette optique. Les produits importés et exportés varient selon les gouts de la personne responsable pour la région en question. À noter qu’il y a forcément divers réseaux de contrebande gérés soit par des résistants, ou par des pirates modernes qui cherchent à s'enrichir.


  • Gervideo gère d’une main de fer les pays qui sont sous son joug. Ce sont souvent les pays d’adoption de prédilection des Orphelins de la nation qui servent assidument l’état ; on y remarque conséquemment une croissance de la population militaire. Les conditions de vie du peuple gervidéain sont loin d’être enviables. L’éducation est froide, les lois sont rigides, les sanctions intransigeantes. La majorité des simples habitants vivent en retrait dans le secteur rural, et ceux qui demeurent dans les villes vont généralement être des artisans ou des petits commerçants. Pour survivre longtemps, ceux-ci doivent ouvertement supporter l’état et se montrer très amicaux avec les orphelins de la nation qui demeurent près d’eux.

  • Benjamin est réputé pour être le plus doux de la fratrie. La vie dans les pays qui lui appartiennent a tendance à être beaucoup plus agréable que n’importe où ailleurs. Par exemple, si il y a un couvre-feu, peu de gardes patrouillent les rues et ils sont généralement assez cléments. Par ailleurs, des services médicaux sont généralement disponibles partout. Bien que conforme aux normes angheliques, l’éducation proposée au peuple est très accessible et se démarque notamment par l’accentuation mise sur la créativité. Benjamin contrôle sa population non pas par la peur, mais en les occupants avec une culture grandissante, quoique vide, et en leur donnant le sentiment qu’ils sont mieux avec lui comme dirigeant qu’avec n’importe qui d’autre.

  • Malovius s’occupe peu des quelques pays qu’il a en charge. Dans l’ensemble, il produit des idées et des lois, mais c’est généralement ses frères qui les appliquent pour lui. Gervidéo se fait un plaisir d’implanter ses actions militaires, quoique moins durement que dans ses propres pays, alors que Benjamin adoucit le destin du peuple avec ses méthodes presque humanistes. De ce fait, l’éducation offerte au peuple est correcte et des services médicaux et récréatifs sont accessibles, mais les lois et les sanctions sont sévèrement appliquées. Les Orphelins de la nation qui désirent faire carrière sans trop d’efforts patriotiques vont souvent s’installer dans les pays gérés par Malovius.

  • Charles s’intéresse peu aux responsabilités et beaucoup aux privilèges de son rang. Il est reconnu pour organiser des évènements extravagants dont la noblesse est friande. Les conditions de vie y sont instables, car ses populations sont assez distinctement divisées entre les nobles qui mènent de belles vies, et le peuple qui croupit dans des conditions déplorables. Il est arrivé à plusieurs occasions que ses frères aient dû se mêler de ses affaires, autant pour venir sécuriser des situations délicates que pour venir en aide au peuple comme tel.



Spécificités notables :

  • Les meilleures écoles et les meilleurs instituts pour les Orphelins de la Nation du volet scientifique se situent aux États-Unis et au Japon. On retrouve également une concentration très élevée de petits laboratoires de recherche dans les Antilles et dans les pays africains gérés par Benjamin.

  • La majorité des centres d’entrainement pour les Orphelins de la Nation de la branche physiques se situent dans les pays gérés par Gervidéo, tout particulièrement en Irlande, en Norvège, en Allemagne et au Japon. On en retrouve également un bon nombre aux États-Unis et au Canada.

  • Une grande majorité des ressources alimentaires utilisées par les Orphelins de la nation sont cultivées en Irlande, en Écosse et au Canada.

  • Le centre du Libervius est situé en France, dans l’ancienne bibliothèque nationale.

  • La maison du Docteur Alan Olivers se situe aux États-Unis, dans le Michigan.

  • Il y a des campements pour réfugiés résistants cachés dans les forêts canadiennes.

  • Les plus grosses bibliothèques secrètes protégées par les résistants se situent en France, en Espagne, en Italie et aux États-Unis.


Dernière édition par Dr.Oliver le Sam 4 Juin - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine Sam 4 Juin - 19:30

Rien ne fera jamais entrave à la réussite de mon Projet.
Masculin

avatar

Une histoire de culture


La littérature


Tout ce qui parle clairement de l’histoire, que ce soit des romans, des manuels scolaires ou autre, sont automatiquement mis à l’index et leur trafic est passable de peine de mort. Les mêmes lois s’appliquent à tout roman ou à tout essai à teneur engagée qui pourrait amener le lecteur moyen à développer son jugement critique au point de se rebeller contre l’état. De telles œuvres sont très difficiles à se procurer sur le marché, et plus souvent qu’autre chose, on les retrouvera cachées dans des greniers plutôt qu’en circulation.

D'une part, si au moins une copie de toutes les œuvres est conservée au Libervius, des brigades spéciales ont été formées avec pour seul ordre de trouver et de détruire tous les exemplaires restants. En opposition, certains résistants consacrent leur vie à préserver autant de livres, de chef-d’œuvre et de savoirs possibles.

En opposition à ce massacre culturel, on observe une prolifération de romans et de feuilletons traitant de thèmes très légers, écrits et distribués uniquement dans le but de distraire la population. On retrouve sinon beaucoup de héros fidèles aux instances politiques, et beaucoup de méchants rebelles. Autrement, si certains grands classiques sont encore en circulation, c’est en ayant été altéré de sorte à répondre aux critères politiques.

La littérature scientifique est, pour sa part, strictement réservée aux orphelins de la nation se spécialisant dans un sujet donné.



La musique


Il semblerait qu’un petit groupe de personne fut nanti du travail précis d’écouter toute la musique accessible afin de mettre à l’index tout ce qui aurait pu porter un message engagé, ou porter à faire réfléchir les gens. Pour s’éviter du travail, l’état encourage les artistes à faire surtout de la musiquette simple, puis la régule sévèrement et la modifie occasionnellement de sorte qu’elle perde son sens premier.

Des artistes populaires se sont déjà fait exécuter après que des doubles sens aient été identifiés dans leur musique publiée, ce qui n’empêche pas leurs successeurs d’essayer de leur survivre en faisant mieux.

Bien sûr, on entend à l’occasion dans les tavernes, des parodies de l’hymne national et des chansons altérées à teneur de rébellion. C’est toutefois de moins en moins courant, puisque trop d’ivrognes ont été tués pour avoir chanté au mauvais endroit, au mauvais moment. Par ironie, certains groupes de résistants chantent plutôt des chansons qui cherchent à leur donner une mauvaise réputation ; cette pratique ayant l’avantage de ne pas être illégale.

Le sévère contrôle sur la musique n’empêche pas non plus le citoyen moyen d’avoir tout un tas de vieux CD dans une malle cachée sous son escalier. La propagation de musique indexée, tout comme le serait l’échange de livres ou l’utilisation de réseaux proscrits, est sévèrement puni par la loi.



Les technologies


La radio est de loin l’outil de propagande le plus utilisé par les Anghel. Entre les nouvelles corrompues et les slogans politiques vendeurs (composés pour la plupart par Charles Anghel ), de multiples chansons passent, s’accrochent au cerveau et déforment les pensées. À côté des chansonnettes d’amour accrocheuses, plusieurs chansons populaires parlent plus ou moins clairement de la gloire des Anghel, ou bien des dangers de la rébellion.

D'autre part, l’accès aux grandes technologies est accordé seulement aux membres de l’état, et seulement dans le cadre de leur travail. L’information accessible y est également restreinte de sorte à ne servir qu’à emmagasiner des informations, faire des calculs et à communiquer dans un contexte sévèrement surveillé.

Des réseaux pirates ont déjà été débusqués par le passé. Très difficiles à contrôler, plusieurs autres sont possiblement encore fonctionnels et utilisés par des résistants infiltrés au sein du gouvernement. Cachés dernière leurs ordinateurs, des équipes de spécialistes et des intrus informatiques se mènent probablement une guerre froide.


Les beaux-arts


Pour le peuple, les beaux-arts se retrouveront surtout de façon omniprésente dans la vie de tous les jours : dans l’architecture, dans la décoration des objets, dans l’artisanat. Mais c’est plutôt la noblesse qui contrôle ce qui est médiatisé, qui décide quelles images seront affichées, quelles statues seront dressées, et quelles chansons seront populaires et sans cesse jouées à la radio.

Contrairement à la croyance populaire, la plupart des grandes œuvres classiques ont été conservées : des centaines d’œuvres d’art sont, en effet, entreposées dans les locaux du Libervius, mais celles-ci ne sont pas accessibles au grand public. Un expert pourrait, d’ailleurs, retrouver des traces de ces classiques tenus secrets : par exemple, à une certaine époque, on pouvait voir dans les journaux La naissance de Vénus refaite avec les traits de Ségolène Anghel.



Le jeu


Les sports sont éternellement populaires, autant pour le peuple, les militaires que les nobles. Si le sport est médiatisé et accessible pour toutes les classes sociales, il ne remplit pas pour chacune la même fonction : pour le peuple, il est essentiellement récréatif, alors que pour les orphelins de la nation, d'où sont généralement issus les grands sportifs, c'est une façon de se démarquer. Pour les nobles, finalement, qui sont souvent les propriétaires des équipes, les compétitions sont une façon douce de se faire la guerre et d'accroitre leur influence.

Sensiblement tous les enfants, et même les adultes, sont encouragés à faire du sport. Évidemment, la qualité des ressources et des infrastructures varie beaucoup d'un milieu à un autre.

Autrement, les enfants sont, dès leur jeune âge, amenés à jouer à des jeux qui fera d'eux de bons citoyens : les jeux représentant des quarts de métier, variants selon la spécialité de la ville sont très populaires. Ils joueront également à des jeux de rôle où les fiers représentants de l'état pourchassent des méchants résistants.

N'étant plus à l'ère de la production de masse, les artisans peuvent gagner une bonne pitance en vendant des jouets faits main. Les jeux de société existent encore, mais il peut être difficile de s'en procurer. Bien que certains aient été mis à l'index, ce n'est généralement pas illégal.

Les jeux de dé et de cartes restent probablement les plus répandus. D'ailleurs, les jeux de hasard et les paris sont très populaires dans toutes les classes sociales. En dehors des casinos très lucratifs réservés à la noblesse, la populace et les militaires trouveront sans trop d'efforts des établissements clandestins où étancher leur soif de jeux d'argent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'annexe du monde d'origine


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

L'annexe du monde d'origine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: Préambule :: Journal de bord-