Awkward situation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Awkward situation Lun 7 Avr - 18:32

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Lève-toi et marche
Deuxième hiver


De leur première rencontre au printemps, jusqu’à aujourd’hui, en ce milieu d’hivers, presque huit mois qui s’étaient écoulés. Ces mois avaient été bien chargés et avaient permis aux deux êtres de se rapprocher, se connaitre et mêmes partager des choses. Désormais amis, ils savaient presque tout sur le passer de l’un et de l’autre. Émilie-Anne avait bien réagi au fait que Pavel était un ancien militaire, un homme à tout faire de Gervideo. À quoi bon lui en vouloir, après tout elle-même avait été une putain passagère pour ce même homme, puis pour les geôliers de Ségolène. Privés de leur innocence, tous les deux avaient un point commun et cela semblait les rassembler.

Durant ces huit mois, ils avaient bâti un avenir ensemble. Ils avaient rajouté quatre pièces à la maison, une chambre pour l’homme, une pour l’enfant, une autre pour la mère et une dernière pièce qui servait de réserve de matériel. Après s’être informés, ils avaient appris que l’hiver était long et qu’il valait mieux se préparer des occupations pour cette saison.

Pavel avait chassé et avait commencé à apprendre l’art subtil de l’élevage, il avait aussi aidé la rousse à fabriquer quelques bâtiments : une cave dont la trappe était non-loin de la maison et qui permettait de faire des réserves de nourriture. Plusieurs personnes avaient apportés des vivres en vus de l’hiver. La jeune mère avait prévu y mettre de grand morceau de glace une fois l’hiver bien avancer pour en faire une sorte de congélateur qui tiendra pendant la saison chaude. Le blond avait aussi participé au défrichage des champs qu’il avait par la même occasion appris à cultiver sous la supervision de sa colocataire. D’une patience sans faille, elle lui avait montré comment fabriquer des outils et comment les manier.

L’homme avait chassé pour son amie et l’enfant. Il avait apporté de la viande qu’ils avaient apprêtée à deux, partageant avec le village, mais gardant aussi pour eux. Ils avaient aussi été cueillir des fruits. En somme l’été c’était bien déroulé. Les champs avaient bien produit et quelques petits agneaux étaient nés dans les troupeaux de moutons. Ils avaient bien grandi, mais il leur fallait encore attendre à l’année suivante pour récolter la laine.

L’automne avait surtout servi à faire des provisions : du foin pour les moutons, de la nourriture pour la petite famille, du bois pour le feu et des matériaux divers pour s’occuper tout au long de l’hiver.
Déjà le champ de pierres était moins fourrageux et des moutons entassés dans la grange, seuls certains sortaient, mais leur abri semblait bien leur plaire.
L’hiver était arrivé et seules quelques routes avaient été dégagées : un chemin principal pour se rendre au grand feu commun, un vers l’enclos et un dernier vers la cave. L’hiver avait permis aux deux expatriés de mieux se comprendre et de s’enseigner des choses moins manuelles. Pavel avait appris davantage l’anglais et Émilie avait appris un peu de russe. Elle ne tenait pas encore une conversation complète dans cette nouvelle langue, mais elle pouvait dire quelques phrases simples.

Aujourd’hui, Émilie était restée à la maison pour s’occuper du repas pendant que son ami était parti nourrir les moutons. Grâce à la coquille d’escargot titan trouvée avec Lena, la famille disposait désormais d’une sorte de chaudron. Un ragout était au feu et cuisait doucement.

Des bruits de pas se firent entendre, Pavel était de retour. Le voilà, cet homme qui éveillait quelque chose de nouveau en cette jeune fille. Elle lui avait préparé une surprise. La mère mit Olivier debout sur ses jambes et le poussa doucement vers la porte. Doucement, mais surement, avec une synchronisation presque parfaite, le petit marcha vers la porte. Pavel tassa la fourrure qui servait de porte, à ce moment, le petit Olivier arriva au même niveau et s’agrippa au pied de l’homme. C’était les premiers pas que le russe put observer.

- Papa.

Il avait parlé. Son premier mot. Ce mot ; papa. Où l’avait-il entendu? Larose n’en avait aucune idée.








Dernière édition par Émilie-Anne Larose le Mar 22 Avr - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Mer 9 Avr - 12:50

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Huit mois s'étaient écoulés depuis que Pavel était arrivé dans le village. Huit mois qu'il avait mis à profit et au service des autres, en particulier à Emilie-Anne. Avec son aide, il avait amélioré la maison, rajoutant quatre nouvelles pièces. Travailler ne lui faisait pas peur; il ne demandait que ça. Il avait également chassé pour la communauté, rapportant souvent des porcs ainsi que, certaines fois, des porcalos, une proie qu'il avait trouvé particulièrement colérique mais plutôt bonne à manger.
Il avait également appris l'élevage, une activité qu'il avait, au début, du mal à cerner. L'homme d'action devait s'adoucir pour que les bêtes puissent paître en paix. Mais avec l'aide et les conseils de la jeune québécoise, il était parvenu enfin à attraper la main. Il avait assisté à une naissance d'agneau, ce qui était une première pour lui.


Outre ces activités, il avait avec beaucoup de patience tenté d'apprendre l'agriculture, mais il restait un piètre fermier. Il savait plus ou moins s'occuper des champs, mais il savait beaucoup mieux les défricher que les entretenir. Il n'avait pas la main verte, malheureusement... Néanmoins, il continuerait de s'occuper des récoltes comme il le pourrait.
Il s'était montré plus efficace dans la construction de la cave. Il avait creusé celle-ci très vite. Pavel était fier de son travail; il se sentait utile à quelque chose. Il avait même tenté d'apprendre un peu de russe à Emilie-Anne, tout comme elle avait tenté de lui apprendre le français. La québécoise se débrouillait bien avec le russe, au contraire du Slave qui avait du mal avec les mots français... Les conversations se faisaient donc en anglais. 


Pavel avait décidé qu'il apprendrait également un peu de russe au jeune Olivier, pour qui il commençait à avoir une grande affection. Ce petit garçon était adorable, la joie de vivre incarnée. Le Russe aimait faire des pitreries pour amuser le gosse.

Puis un jour, Olivier s'agrippa à la jambe de Pavel. C'étaient ses premiers pas, chose que le Russe applaudit en souriant. Et il lui dit un mot en français. Un mot français qu'il n'eut pas de mal à comprendre. Emilie-Anne lui avait appris, c'était un mot basique; papa. Attendez... Papa?
Le Russe ne comprenait pas pourquoi cet enfant le regardait avec des yeux brillants, en quasi adoration. En fait, il comprenait, mais il n'arrivait pas à saisir quelque chose; le garçon l'avait appelé papa. Mais il n'était pas son père!


Ne sachant quoi répondre, désarmé par le mot le plus simple du monde, il resta bouche bée à fixer Olivier. Puis son regard se tourna vers la québécoise, en signe d'une quelconque indication... Encore une fois, Pavel était confronté à une situation dont il ignorait comment la régler! Il était mal à l'aise, et en même temps touché par ce que l'enfant venait de lui dire. Mais que devait-il faire, maintenant?


Il suppliait à présent Emilie-Anne du regard; comment était-il supposé réagir?


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Mer 9 Avr - 23:40

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Papa??? Mais où Olivier avait-il appris ce mot? La mère était en états de choque. Avait-elle rêvé? Et comment avait-il associé Pavel à ce mot? Par Gavin? C’était la Seule explication logique, puisque ce dernier passait beaucoup de temps avec lui, étant le gardien officiel du gamin.

Sous le regard suppliant de son ami, elle prit l’enfant dans ces bras et le porta à ses hanches. Sous son regard protecteur, avec une douceur presque inimaginable, la rousse flatta la joue de son fils. Il était si innocent, si mignons et si heureux, comprenait-il seulement que jamais il n’aurait de père? Enfin, c’est vrai! Pavel était un bon ami, mais il était presque vingt ans plus vieux que la jeune fille et . . . La voyait-il comme elle le voyait?

Quelques jours plus tôt, un soir où doucement, Émilie s’était accotée contre le russe en regardant les flammes danser, elle s’était rendu compte que ce n’était pas que de l’amitié qui liait sa personne à l’être viril qui lui tenait compagnie, mais bel et bien de la tendresse. En réfléchissant un peu plus sur la question, elle s’était même surprise à regretter que ce ne soit pas lui le père du jeune Olivier. Anne avait à ce moment réalisé qu’elle était amoureuse.

Cette pensé l’avait tracassée. Elle pensait à son avenir et à l’avenir qu’Olivier devrait affronter seul, du moins seul dans sa catégorie d’âge. Après lui, n’était-se pas sa mère la plus jeune du groupe? Elle aurait bien voulu lui donner un frère ou une sœur, mais avec qui? Avec Pavel? Il semblait un bon père, du moins, il agissait bien avec Olivier, mais était-il prêt à vivre cela? Et Elle-même? Ses relations précédentes avaient eu lieux sous la contrainte et jamais dans le plaisir et elle avait beaucoup souffert lors de l’acte et ne serait peut-être pas prête à se laisser toucher de nouveau par un homme. Et si ça arrivait et qu’elle se défilait à la dernière minute? Le blond l’accepterait-il? Ou la forcerait-il?

-Allez, viens Oli, c’est l’heure de souper.

Quelques paroles en français, rien de très compliqué, mais pour s’assurer que le possible père d’adoption du gamin comprenne, elle rétorqua dans un russe cassé : Ужин готов. Quelques mots appris de la bouche de celui qui les entendait. Pour eux, le ragout bouillait et sentait de plus en plus, et bientôt, Émilie-Anne ferait la béquer à son petit. La jeune dame à la chevelure de flamme s’assied sur une natte de paille tressée avec soins par Gavin ; il lui en avait fait cadeau pour isoler d’avantage la maison du froid. La femme invita par la suite le Russe à venir s’asseoir avant de finir de préparer son plat.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Mer 16 Avr - 7:12

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

[HRP: J'ai été agréablement surpris par le russe ^^]


Pavel entendit que le dîner était servi. Les mots avaient été prononcés de façon rudimentaire, mais le Russe comprenait. Il était même content de voir qu'elle retenait ce qu'il lui disait. Cela dit, il était encore choqué et perplexe quant à la réaction du jeune Olivier. Un père, lui? Il ne savait même pas ce que c'était. Un orphelin n'avait aucune idée de ce que cela pouvait signifier aux yeux d'un gamin. Pavel n'était pas vraiment la meilleure personne pour représenter un père, parce qu'il n'avait jamais connu ni le sien ni aucun autre.


Prenant une assiette de ragoût, il s'assit à table et commença à méditer. Cette phrase le taraudait encore plus maintenant qu'il mangeait. Il regardait le jeune Olivier, qui lui faisait un grand sourire. Un père... était-ce une sorte d'ami pour cet enfant? Plongeant de nouveau son regard dans l'assiette, il se questionna intérieurement pendant quelques minutes, le silence régnant à table. Puis le Russe, irrité de ne pas trouver la réponse en lui-même, questionna Emilie-Anne:


"Emilie-Anne... Qu'est-ce qu'un père, en réalité?"


Une question simple, dénuée de fioritures, et courte. Mais pourtant, c'était important pour lui, car cela le concernait. Et au fond de lui-même, Pavel savait que cette question l'affectait depuis plus longtemps que cet instant. C'était une interrogation qu'il ne s'était jamais vraiment posée, mais qu'il avait gardé cachée dans son coeur.


Ses origines.


Гулага строит характер!


Dernière édition par Pavel Ivachko le Dim 27 Avr - 5:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Mer 16 Avr - 10:28

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

[Je n’ai aucun mérite. Merci Google xD]
[Mais, Merci =D]

Les assiettes servies, voilà que la mère mastiquait de la nourriture quelle donnerait ensuite au petit. Après tout, il était plus facile et plus securitaire de mettre la nourriture en purée de cette façon. Elle prit le temps de réfléchir à la question du russe. Cette figure, celle qu’elle affichait présentement, il l’avait sans doute souvent vue, parce qu’Anne avait le même tic facial à chaque fois qu’elle devait réfléchir à une question pointilleuse - il avait d’ailleurs pu le remarquer lorsqu’il lui avait posé des questions sur l’agriculture ou l’élevage.

Une fois la nourriture bien mastiquée, Émilie-Anne approcha sa bouche de celle de son enfant, suivant l’exemple de milliers d’animaux pour donner la purée à Olivier. La mère avait l’habitude de faire cela, alors ce n’était certainement pas la première fois que le russe la voyait faire. Une fois la petit quantité donnée à l’enfant, elle regarda le russe et lui répondit encore, après tout. . il ne faut pas parler la bouche plein!

- Un père, c’est quelqu’un pour nous guider, nous enseigner la vie, c’est… Comment dire? Le père représente l’autorité. Il est là pour apprendre à un enfant à prendre ses responsabilités, le travail et l’autonomie, mais il est aussi là pour le protégé, l’aider et lui donner un type d’amour qu’une mère ne peut pas. Si la mère est douce, protectrice et toujours là pour couver son enfant, le père est là pour permettre à l’enfant d’apprendre par lui-même, tout en sachant le rattraper lorsqu’il tombe. Le père apprend des choses à l’enfant que seul lui peut. Si je peux te donner un exemple, : Olivier aura besoin d’un homme comme figure paternelle pour lui apprendre à chasser, pêcher e ce que c’est qu’être un homme. Tu imagines lorsqu’il aura douze, treize ans et que son corps va changer? Comment tu veux que je lui dise à quoi s’attendre, ce qui est normale et ce qui ne l’est pas rendu là. . . En tant que femme, je peux le faire pour une fille, mais pas pour un garçon.

La fermière ne savait pas quoi dire d’autre. Après tout, son père n’avait pas été très présent pour elle. Elle prenait plus exemple sur son grand-frère qui avait toujours été là après la mort de leur mère. Elle trouvait dommage qu’il la croit morte. Elle aurait tellement aimé l’apporter avec elle. Mais comment aller le chercher? C’était impossible maintenant.

Cette vague description sur la paternité terminé, pourquoi en dire plus ? En fait, le rôle d’un père se résumait au même que celui d’une mère : guider l’enfant dans la vie. Comment il le faisait? La rousse n’en savait absolument rien, son côté maternel était si naturel qu’elle n’avait aucun effort à faire pour s’occuper de son petit bout d’homme. De toute manière, Pavel agissait presque déjà comme un père lorsqu’il jouait avec lui. Peut-être que si l’enfant avait été de lui, il aurait d’avantage su quoi faire ? Mais c’était une idée folle.

Et… s’il faisait un pas? Peut-être que sa serait possible, Pavel et Émilie-Anne, Émilie-Anne et Pavel, ensemble d’esprit comme de chair. Un frère ou une sœur pour Olivier, d’autre gamin à surveiller pour Gavin? Pourquoi pas, l’idée était alléchante! Ahah. Si seulement.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Lun 21 Avr - 7:04

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Pavel replongea les yeux dans son plat, pensif. Cette responsabilité de "père" semblait tellement énorme... Même si durant toute sa vie il avait réussi haut la main tous les challenge qu'on lui avait proposé, il était face à un nouveau type d'épreuves... S'il acceptait, du moins. Car, en effet, le Russe n'avait aucun devoir envers l'enfant, après tout! Il n'avait rien demandé de tel...


Puis, reprenant une bouchée, il regarda le jeune Olivier, tout sourire. Il ressentait de la joie et de l'amour pour ce gamin. Il pouvait s'y voir lui, ou un compagnon fictif de sa vie passée... Il incarnait un moment qu'il ne connaîtrait jamais; l'enfance. Une enfance sans camp d'entraînement ni instruction militaire. Une enfance qui s'annonçait sereine. C'est là que Pavel eut le déclic; il voulait partager ces moments avec le jeune garçon, ne serait-ce que pour rattraper son temps perdu à lui, et en faire profiter Olivier.


Posant sa cuiller en bois, il regarda profondément dans les yeux d'Emilie-Anne.


"Je ne sais pas vraiment ce qu'est un père, mais je crois que ça pourrait être bien pour Olivier... d'en avoir un. Donc, je... pense que je peux m'en occuper. J'ai jamais fait ça avant. Parfois, je peux me tromper... C'est ce qui me fait peur. Me tromper avec lui... Mais je vais essayer. Promis."


Le Russe venait de prononcer son petit discours en anglais, malgré qu'il trouvait les mots plus facilement en russe pour exprimer ses sentiments. Il n'avait toujours pas l'habitude de parler de son ressenti, malgré qu'il se sentait ici chez lui à présent. La plupart du temps, il cachait ses sentiments à tous le monde.


Même ceux qu'il commençait à avoir pour la courageuse Emilie-Anne...


Гулага строит характер!


Dernière édition par Pavel Ivachko le Dim 27 Avr - 5:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Mar 22 Avr - 16:33

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Cette promesse ne semblait pas bien grande, mais pour la jeune fille, c’était énorme. Elle avait enfin trouvé quelqu’un pour faire office de père au gamin. Comment réagit la mère à tout ça? En fait, l’adolescente rougie, signe évidant de sa gêne. Comment ne pas l’être? Après tout, l’homme pour qui elle nourrissait des sentiments d’amour commençait à agir comme si, possiblement, ils allaient fonder une famille ensembleEn son sens, . s’il pouvait être bon avec un enfant qui n’était pas le sien, il serait merveilleux avec les siens.

Une autre question persistait ; le russe acceptait de s’occuper de l’hommage au docteur Oliver, mais était-il prêt à fonder sa propre famille? Il fallait qu’elle en ait le cœur net avant que ça ne le ronge. Éprouvaient-ils les mêmes choses? Ou sa flamme se nourrissait-elle d’éphémère?

-Dit, tu voudrais avoir tes propres enfants? Je veux dire, des enfants que t’as faits toi-même… avec une femme…

Les joues de la fille s’harmonisaient parfaitement avec sa chevelure et son ton était sans aucun doute teinté de gêne. Le vent glacial de l’hiver s'infiltrait dans la maison, mais grâce aux peaux que Pavel avait ramenées de la chasse et au feu qui brûlait dans l’âtre, il faisait quand même bon vivre dans cette maison. Certes, elle n’était pas isolée et serais surement fissurée au printemps, mais que cela ne tienne, les trois compagnons de vie étaient en sécurité.

Repu, Olivier s’endormit doucement dans les bras de la mère qui le recouvrit doucement des couvertures qu’elle lui avait gardées. Effectivement, grâce aux peaux ramenées, Émile-Anne n’avait même plus besoin de la couverture apportée de l’Ancien Monde et privilégiait désormais les fourrures pour laisser le morceau de tissu raffiné au gamin, car il y avait moins de chance qu’il se fasse mal avec le tissu qu’avec la fourrure, non?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Dim 27 Avr - 5:39

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Pavel avait failli recracher son ragoût dans son bol lorsqu'il avait entendu la dernière phrase d'Emilie-Anne. Avait-il bien entendu? Avoir ses propres enfants? Avec une femme?
Le Russe était sûrement la dernière personne à le penser, tant il... En fait, tant il n'y avait jamais pensé. Il avait été élevé dans un camp d'entraînement sibérien, avait assassiné et exécuté des gens tout le long de sa vie car on lui disait de le faire, mais il n'avait jamais pris le temps de penser à cela. Aux femmes. Cela avait déjà pris du temps de penser par lui-même, alors pour le reste...


Mais à présent, on lui avait balancé la question en pleine face. Et quelle était sa réponse? Cette situation était vraiment gênante, car Pavel n'avait de plus grand défaut que son gouffre au niveau du comportement social, ainsi qu'une timidité maladive envers les femmes. Il fallait vite qu'il trouve une réponse, pourtant...
Touillant dans son bol avec sa cuiller, il réfléchissait à ce qu'il pouvait bien répondre... Lorsque tout à coup, relevant sa tête aux joues rouge pomme, il dit:


"Cela dépend... Il faudrait déjà que... que je... trouve une femme... Et puis..."


Il avait tenté de répondre, ma sa pensée semblait ne pas avoir le même courage de se manifester que sa langue. Sa phrase s'était vaporisée dans l'air, et il tentait d'en reprendre le contrôle. Mais c'était trop tard. Et à présent, il se taisait et ne savait vraiment plus où se mettre. Son esprit s'ébouillantait à mesure qu'il essayait de répondre à chacune des questions qu'il se posait; est-ce que je veux des enfants? Serais-je un bon père? Comment trouver une femme? Qui voudrait de moi?


Tant de questions que Pavel était en train de se poser...


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Dim 27 Avr - 23:32

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Qu’il trouve une femme? Parce que le panneau lumineux, clignotant, serti de feux d’artifice et d'une fanfare que Larose venait de mettre sous le nez de l’ex-assassin n’était pas suffisamment visible? Décidément, elle était de plus en plus heureuse que son père n’ait jamais cédé à la demande du gouvernement pour l’envoyer, elle, chez les orphelins. Devenir si imbécile par moment. . . Comment un homme de son âge pouvait-il ne jamais avoir touché à une femme? Enfin, la rousse ne pouvait pas le savoir s'il était bel et bien chaste, mais si elle commençait à le soupçonner à tout ce rouge qui lui montait aux joues.

Les yeux pleins d’espoirs de la jeune fille descendirent rapidement vers les flammes qui dansaient en réchauffant l’atmosphère et la tristesse sembla voiler ceux-ci, car une réalité venait de la frapper : était-elle vraiment une femme? Certes elle avait eu un enfant et s’en occupait convenablement, mais elle n’avait même pas encore atteint la maturité. Du haut de ses 17 ans, qu’était-elle de plus qu’Olivier? Une gamine ou une femme? Enfant ou adulte?

Sa vision commença à se brouiller alors que ses souvenirs vaquaient vers son passer, la voilà dans les bras de Gervideo, forcée sans vraiment l’être, résignée à un sort qui n’aurait pas dû être sien :

Dans un monde ou les grands sont des prédateurs et où ceux du bas peuple sont des proies, elle se considérait comme une proie, bien qu'elle fut protégée par le prédateur, comme par un berger avec ces moutons.

De longue journée à brouter de l’herbe auprès de la bergère, Ségolène et un nouvel arrivant, son frère, la brebis court et va chercher les meilleures touffes de végétation toute la journée, grossir et faire une belle toison pour la bergère. Une fois dans son enclos, une stalle sommairement décorée : un lit simple, une commode ainsi qu’une petite table de travail avec quelques origamis.

Le sommeil arrive, Morphée la guide et ces yeux se fermèrent sans même avoir à compter les moutons, elle dort. Sommeil heureux de ceux qui se croient en sécurité sans savoir que le prédateur rode encore. Il a rodé toute la journée pour choisir le mouton qui sera le plus appétissant, dont toison de flamme n’aura encore jamais été touchée, enfin, de préférence. Semblerait-il que les moutons innocents sont dans les plus appétissants.

Il est dans la bergerie, le voilà qui remonte l’allée, cherchant le numéro qui lui fut soufflé par plaisir sadique. Il cherche et cherche. Il ne lui reste gère de choix, mais le voilà enfin, le numéro voulu, celui du mouton roux. Il entre et approche de sa proie, lui flatte la joue, la réveille avec douceur. Stupeur, frayeur, la douceur n’a pas suffi à la faire plier, mais il la veut et l’aura, il prend et ne donne jamais, le voilà qui entre ou cela lui était interdit. Peur, désolation, angoisse, la brebis se débat, mais finit bien vite par comprendre qu’elle perdra tout si elle continue. Docilité, soumission, résignation.

Anne fixait le feu revoyant la conception d’Olivier, la frayeur au ventre. Non, elle était bien une femme, car on ne fait pas cela à un enfant. On ne peut pas ainsi abuser d’un enfant, même pour la fratrie.. N'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, Émilie sait qu’elle ne pourra jamais revenir sur ce moment et qu’il fait partie d’elle. Elle doit désormais travailler pour ne pas le faire gagner, lui, et elle, cette Ségolène, ces enfants gâtés et méprisants.

-You know…. I…I’m a woman….

Le reste des mots étaient restés coincés dans sa gorge, mais le message ne pouvait pas être plus clair.


Traduction:
 





Dernière édition par Émilie-Anne Larose le Mar 20 Mai - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation Sam 17 Mai - 10:11

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

La dernière phrase venait de sceller le destin de Pavel.


Il n'y avait pas plus clair comme déclaration d'amour que ce que venait de prononcer Emilie-Anne. Même le Russe, malgré sa gêne évidente, avait compris ce que souhaitait dire implicitement la rousse. Il lui plaisait. Elle semblait vouloir étoffer leur relation. L'amener à un niveau supérieur. Maintenant, Pavel ne pouvait plus douter; ils étaient tous les deux en train de tomber amoureux l'un de l'autre...


Le temps semblait s'être suspendu alors que le Russe tentait de trouver quelque chose de bon à répondre à cela. Que dirait Alexei dans ce cas-ci? "Viens voir le mat du marin, poupée!" ... Décidément pas très romantique comme approche...
Aussi, avec un immense soupir, il dit enfin les mots qu'il aurait dû dire depuis longtemps:


"Ecoute, Emilie-Anne... Je... ça fait un moment que je voulais te le dire. Je me demande si tu souhaiterais que nous soyons plus que... juste des amis. Qu'en... dis-tu?"


Pavel avait tenu ces propos avec le plus de fluidité qu'il put, puis se relâcha et fit un sourire. Enfin ce qu'il souhaitait dire depuis longtemps venait de sortir de sa bouche! Et il se sentait mieux, plus léger... et avec les plus grands espoirs qu'il ait jamais porté; allait-elle dire oui?


Car il était vrai qu'il aurait pu être son père. Ce genre d'idée étant très gênante, il ne préféra pas y penser pour se concentrer seulement sur l'amour qu'il commençait à éprouver pour la brave québécoise.


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Awkward situation


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Awkward situation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Haiti à l'heure d'un renouveau :situation socio-économique
» REPORTAGE PHOTOGRAHIQUE SUR LA SITUATION DES BRACEROS HAITIENS EN DOMINICANIE
» Haïti/ La situation socioéconomique désastreuse pourrait être uti
» Jeune Afrique autour de la situation geopolitique mondiale
» 08. This is awkward.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Le village de la vallée :: Les habitations :: La ferme d’Émilie-Anne Larose-