Un détour pour commencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Un détour pour commencer Dim 19 Oct - 11:43

Invité
avatar

Invité
-"Bonne Chance, Doc."

L'ironie de la chose n'eut pas le temps de l'atteindre que déjà tout basculait dans un éclair blanc.

Son oreille interne ne put amortir le choc, et Math'y se retrouva plongeant en roulé-boulé pour se recevoir sur un sol dur et inégal. Elle sentit une pointe de cailloux meurtrir son genoux droit et sur son visage l'effleurement d'herbes longues et sèches. Pendant que sa vue et son ouïe retrouvaient leur utilité l'informant sur sa condition : vivante. Elle était vivante. Pas de précipice, de gouffre, de mer déchainée pour l'engloutir. Pas de carnivores en meutes, en tout cas pas pour l'instant.


Sa main avait retrouvé le manche du poignard qu'elle pouvait maintenant dégainer sans risquer de choir sur sa propre arme. D'un regard elle fit un tour d'horizon, se sentant vulnérable dans ce champ dont les herbes ne la camouflaient qu'à moitié elle opta d'instinct pour l'orée de la forêt.

Elle tenta d'effacer ses traces mais les graminées ployaient comme si son corps était encore blotti entre elles, leurs tiges pliées criant à tout ce qui avaient des yeux que quelque chose s'était trouvé là. Elle se laissa couler entre les plantes aussi doucement qu'elle put, se dirigeant vers les premiers arbres quelle voyait au loin en bordure du champ.

La forêt rocheuse n'était pas dans la direction du village mais Mathaëlle ne recherchait pas les survivants. Pas tout de suite, pas encore.

"Prudence" devait être son nom de code à en juger par les précautions qu'elle prit pour se rendre invisible. Elle hissa son barda sur les branches hautes, à l'abri des regards et des créatures les plus lourdes. Elle y suspendit aussi son arc et camoufla le tout de quelques feuillages après avoir vérifié qu'il n'y ai pas de colonies d'insectes grégaires pour venir en procession s'installer dans ses affaires.

Perchée à califourchon, elle prit le temps de faire une carte mentale des environs aussi loin que portait son regard. De là haut elle percevait le scintillement des eaux du grand lac.

Il était temps maintenant d'aller voir ce que les terraniens étaient devenus. Etaient-ils retournés à la barbarie. Etait-ce la loi du plus fort qui primait parmi eux, ou bien Lena avait-elle réussi à garder le cap?

Admirant le paysage en réfléchissant à tout cela elle prit soudain pleinement conscience de la beauté de ce qui l'entourait. Du miracle de cette nature vierge qui s'étalait en contre bas, et moutonnait au loin comme des animaux verts velus. De nouvelles teintes apparaissaient par endroit, des reflets violines couraient comme des fils de laine prit dans la chevelure des arbres. Ici et là des plaques d'herbes argentées reflétaient la lumière comme des petits lacs, miroirs ondulant sous la brise. Le ciel lui paraissait plus vert que dans son souvenir sur les vid's, et si transparent qu'elle en avait mal aux yeux, sans la protection des brumes chimiques des villes.

Et l'air, le parfum qui coulait en elle, qui l'étourdissait. Elle se sentait euphorique. A la fois contre-coup de son soulagement à être bien arrivée, mais aussi du à tout cet oxygène qui lui montait à la tête, elle eut une petite faiblesse un instant. Elle s'adossa au tronc vivant, sa main palpant la rugueuse peau de l'arbre pour sentir la matérialité de ce rêve de tous ses sens éveillés.

Elle avait l'impression que dans ses veines couraient de délicieuses bulles de vif argent qui lui faisaient la tête légère. Et sans doute qu'ayant vécu dans un environnement aussi délétère que celui des bas quartiers de la vieille Terre son sang ici s'oxygénait-il au-dessus de la normale.

Savourant la sensation de son corps en mouvement elle entreprit de retourner vers son lieu d'arrivée afin de rejoindre les autres rescapées s'il y en avait. Assurée de retrouver en cas de coup dur ses réserves et son arc bien à l'abri elle allait plus librement.

Devait-elle se faire discrète et aller épier les abords du village? Il lui sembla que ce serait une bien mauvaise manière de prendre contact, les précautions qu'elle avait prise seraient sûrement suffisantes au cas où l'un quelconque des aventuriers avait mal tourné. Comment savoir si dans les envoyés tous avait été vraiment bien choisis.

Elle avait farfouillé dans quelques archives pour tenter de savoir qui étaient les élus du Doc et quelques doutes lui étaient venus sur ses choix.

Dans les herbes proches de la forêt elle repéra de petits rongeurs dont les terriers formaient des monticules sableux chauffés par le soleil. Tranquillement elle se rapprochait du lieu où elle était apparue un moment auparavant. Combien de temps s'était-il écoulé depuis, une heure, deux peut-être... elle écoutait le vent qui faisait bruisser la végétation, des cris d'oiseaux qu'elle n'identifiait pas.

Etait-ce un bruit de voix humaines portées au loin et presque inaudibles si l'on n'était pas aux aguets? Cela venait-il du village?

Les battements de son coeur s'accélérèrent alors que son pas s'allongea. Elle ne s'était pas rendu compte, toute à ses précautions et l'esprit occupé à ses préparatifs, à quel point Terra la mettait face à une solitude sans commune mesure avec ce qu'elle avait connu jusqu'alors.

Elle s'était sentie seule au monde littéralement. Seule sur une terre où l'humain n'existait peut-être pas, ou plus.

Ces bribes de voix lui disaient qu'il y avait des survivants. Et le coeur battant elle se dirigeait vers eux.

...
Revenir en haut Aller en bas

Un détour pour commencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un petit tour pour Gaza
» JEUDI 16 FEVRIER 2012
» objectif pro tour pour SAUR-SOJASUN
» pour le 1er tour pour qui aller vous voter
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Le champ de pierres-