Petit homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Petit homme Mer 5 Aoû - 18:58

Pionnier
Masculin

avatar

Il sentait sa panique venir par marées et entre des murmures et des caresses, il respirait avec elle, la berçait contre lui. Alors que toute son attention était focalisée sur elle, sur sa gorge, sur son ventre, sur ses hanches, Émilie-Anne eut un sursaut, une impulsion de se redresser qui obligea Terrence à suivre son mouvement. Il l’aida ensuite, avec douceur, à retrouver sa place initiale en se positionnant cette fois devant elle, un genou par terre, l’autre relevé, une main sur sa hanche, l’autre sur sa canne qu’ils utilisaient tous les deux pour tenir en place.

Cette vague le força tout de même à regarder l’horizon seulement pour apercevoir avec surprise un grand blond qui avançait vers eux comme une tempête. Il lui brandit de quelques éclaires son couteau sous son nez. Émilie-Anne semblait vouloir parler, mais un flot nouveau de douleur la força à taire ses protestations seulement pour pousser non sans bruits le fruit de ses entrailles. Ses ongles pénétrèrent la chaire de la main de laquelle il serrait lui-même sa canne, presque aussi fort qu’elle serrait à lui en broyer les os son épaule sur laquelle elle s’appuyait.

Il dut l’abandonner du regard à regret pour affronter visuellement le nouvel arrivant. Grand, blond, musclé. Terrence réalisa aussitôt qu’il reconnaissait ce personnage. Ils ne s’étaient certes jamais rencontrés, mais son vissage lui était familier. Un militaire, sans aucun doute. Un homme d’État. Son nom lui échappait encore. Il comprit avant tout qu’il devait s’agir là du compagnon. Cette idée l’amusa. La demoiselle se sera trouvé un imposant protecteur pour couvrir son sombre passé.

Terrence le regarda durement avec des sourcils haussés. Un regard sans équivoque. Un regard qui exprimait clairement que ce n’était pas sur lui qu’il devait poser toute son attention, mais sur sa compagne qui le méritait tellement plus.

- Calm down soldier Ivachko. Répond-il avec une autorité intransigeante empruntée à son ancienne vie.
- Your wife is giving birth. Here and now. Ces mots s’infusaient sans couleur dans l’air froid et vaporeux.
- I’m a doctor. Énonce-t-il finalement avec la raideur d’une injustice.

Un docteur de la mort pour donner la vie. Il n’aura qu’à apprendre à laisser plus à tuer qu’il ne tuera. Aujourd’hui, il aura sur les mains le plus beau sang qu’il n’aura jamais fait couler, et aussi alarmante fusse la situation, il avait hâte et il y prendrait plaisir.

Il y prendrait plaisir en silence, avec des sourcils froncés et des mains vacillantes.

Il ne regardait déjà plus le blond. Il n’avait pas peur de lui ou de la menace qu’il pouvait représenter. Il lui semblait qu’Ivachko était un agent capable d’analyser une situation rapidement et avec intelligence : il ne laisserait pas sa compagne accoucher sans son assistance. C’est ce que Terrence savait et pour lui cela ne se passerait pas autrement. La situation et sa poésie étaient déjà encrées dans les pages de sa nouvelle vie et il mourait volonté plutôt que d’en barbouiller les premiers vers. Son ton, sa position et ses actions témoigneraient de sa rigidité quant à la suite de la scène.

Malgré la présence envahissante de son compagnon, il ne lâcha pas la jeune fille non plus, pas plus qu’elle ne le lâcha lui.

- Doucement Émilie-Anne. Respirez.

Dans ses frisettes il respirait pour ce qui lui semblait encore être la première fois alors qu’il susurrait à son oreille ces mots plus tendres que ce que leur sens premier laissait comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Petit homme Jeu 6 Aoû - 13:38

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Le vent souleva la neige qui vint virevolter dans la fourrure que portait la mère et fondit instantanément sur ses pantalons. Bien certainement, le liquide amniotique n’avait pas encore eu le temps de refroidir. Elle devrait se débarrasser de cette pièce de vêtement. Le petit ne pourrait pas naitre en s’encombrant de cette chaude peau de léopard rose.

Accroupie, s'appuyant sur son sauveur, Émilie-Anne ne vit pas tout de suite Pavel accourir. Après tout, la douleur du travail lui martelait tout le corps, meurtrissait ses muscles et inhibait presque tous ses sens. Voyait-elle vraiment ? Elle n’en était plus certaine : elle voyait flou, elle voyait des formes et des couleurs qui ensemble ne formaient pas de sens. C'était sans aucun doute le voile de larmes qui créait cet effet de fond de bouteille. Ce ne fut qu’à la dernière minute qu’elle vit le couteau passer devant son visage.

Heureusement, Anne n’eut même pas besoin de parler. Terrence fut capable d’user de sa poésie pour rabrouer son compagnon, son mari d'après ce dernier, après tout, elle avait bien cru l'entendre l'appeler wife. Elle ne savait pas pourquoi, mais l’idée d’être la femme de quelqu’un lui plaisait énormément. Pas que ce titre changerait quoi que ce soit dans leur vie ni dans leur relation, mais c’était comme un rêve de petite fille. Ne s’était-elle pas fait rabâcher cent fois les oreilles par son père qu’elle devrait se marier avant d’avoir des enfants ? Décidément il ne l’avait pas assez fait.

Desserrant son emprise de sur l’épaule de Terrence, Émilie fit un bref signe de main à Pavel pour le calmer, mais elle n'était pas certaine de son efficacité, puisqu'il fut aussitôt suivi d'un nouveau gémissement de douleur. Elle espérait vraiment qu’il comprenne qu’elle aurait besoin de leur soutien à tous les deux. Tant pis si l’animal tué pour nourrir le village restait dans le champ. Leur enfant allait naître et elle avait besoin de l’aide et du poète, et de l’assassin, l’un pour les soins, l’autre pour son affection. Elle avait passé un accouchement sans tendresse paternelle et elle ne voulait pas en passer un autre.

Larose regardait Terry dans les yeux en essayant de suivre le rythme de sa respiration. Elle savait qu’elle respirait trop vite, un léger étourdissement le lui indiquant. La présence du morbide docteur lui était d'autant plus nécessaire. Plutôt que de la stresser, l'image de Pavel seul avec elle qui se retrouverait à l'accoucher par lui-même arriva à la faire rire. Rire qui s'étouffa dans de nouvelles plaintes, et un sourire qui fondit en grimace.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Petit homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Miyaki Yuuji {OK}
» Jamesy fait son entrée!! (Serdaigle)
» mowgli messua :: le petit d'homme devenu grand
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Un bel homme pour la petite Belinda ^^
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Le champ de pierres-