Sur la tête de ma mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Sur la tête de ma mer Jeu 4 Juin - 17:02

Faire tenir l'infini dans la paume de la main, et l'éternité dans une heure
Féminin

avatar

Ne regarde pas trop les bateaux

Ce sont tes rêves tombés à l'eau qui continuent de courir sans capitaine ni matelots


Le temps était chaud, un peu humide, mais agréable. Lune aimait beaucoup la chaleur et le beau temps, et surtout l’enjouement général qui était né avec lui après un long et difficile hivers. À certains moments, elle avait bien cru que la petite civilisation ne verrait jamais les lumières printanières et cette renaissance amenait avec elle pas seulement un intense soulagement, mais un désir plus intense et incontrôlable que jamais de prendre le large, la mer.

Lune avait pris son temps depuis qu’elle était dans le nouveau monde. Elle avait essayé de se creuser une barque dans un tronc solide, mais avait fini par percer la coque. Elle a ensuite voulu faire un radeau, mais la lourdeur des billots de bois et une crampe récurrente à l’épaule l’ont finalement découragée.

Elle avait toutefois eu le plaisir de voir se construire une vraie embarcation aux mains des marins du village. Sa timidité naturelle l’avait empêché de proposer son aider malgré qu’elle ait vraiment eu envie de le faire. En voyant cette embarcation toujours solide après ce rude hiver, elle voulait diablement l’emprunter et faire un tour à son bord. Elle savait que John, Théodore et Aleksei allaient éventuellement en construire d’autres, et elle était déterminée à proposer sa participation rendue là, mais l’appel de la mer était trop fort pour attendre si longtemps. Juste un petit tour, se disait-elle. Elle avait d’abord voulu demander la permission de ses propriétaires, mais connaissant leur caractère volatile, avait trop peur de recevoir un non catégorique. Il lui serait beaucoup plus facile de faire un tour, de revenir et d’ainsi leur montrer qu’elle pouvait naviguer sans compromettre l’embarcation. Et c’était le cas : elle n’avait aucunement peur d’abimer la barque. Après tout, elle avait littéralement grandi sur un bateau de pêche.

Un bateau est un bateau, elle saurait l’utiliser.

Elle s’était donc rendue sur la plage avec quelques provisions et avait entrepris de mettre le petit navire à l’eau. Doucement elle déliait les cordes, doucement elle mettait les pagaies en place.

Son cœur fit un bond dans sa poitrine lorsqu’elle aperçue du coin de l’œil une silhouette, mais se rasséréna en trouvant non pas un marin mécontent, mais une jeune femme. Après un long soupire de soulagement, elle lui accorda une salutation discrète de la main, puis, soudainement tout sourire, l’invita d’un geste ample à s’approcher de la barque qui n’attendait qu’elles pour partir sur la rive grise qui disparaissait dans un ciel bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Ven 5 Juin - 13:07

Pionnier
Féminin

avatar



Ça faisait presque une année que Pilar avait mis les pieds sur Terra. Elle avait connu son premier hiver ici, difficile. Rencontré les obstacles qui composés sa nouvelle vie, pas toujours évident à traverser. Il fallait s’adapter au terrain et vite pour survivre ici car on ne pouvait pas éternellement dépendre des autres pour s’en sortir. Le temps passait dans l’ancien monde lui semblait maintenant tellement lointain.

L’été était maintenant revenu, apportant son lot de soleil. C’était la journée idéale pour aller au bord du grand lac à la recherche d’éventuels crustacés et changer un peu des repas habituels. Il fallait également avouer que cette grande étendue d’eau attiser la curiosité de Pilar un peu plus à chaque fois qu’elle s’y rendait.

La jeune femme était donc arrivée sur la plage avec son sac et juste de quoi boire pour la journée et de quoi un repas. Elle s’apprêta à trouver un coin de plage agréable pour lambiner au soleil quelques instants avant de se mettre à la recherche de nourritures. Pour autant, ses projets pour la journée furent à peine envisagés que déjà perturbés par la présence d’une autre femme sur la plage qui semblait s’intéresser d’un peu trop près à l’embarcation fabriqué par les marins.

Pilar n’osa pas s’approcher totalement avant de recevoir une salutation discrète et un geste d’invitation pour la rejoindre. « Hola ! » la salua-t-elle en arrivant à son niveau. «Eres Lune, no ? ». Elle ne lui avait encore jamais vraiment parlé, pourtant elle l’avait déjà croisée plusieurs fois depuis son arrivée ici, mais l’africaine avait pour réputation d’être peu bavarde.

« Tu comptes utiliser l’embarcation ? » lui demanda-t-elle souriante avec son fort accent espagnol qui ne la quittait pas. « Nos marins sont d’accord ? ». Autant Pilar appréciait Théo et se disait qu’il pourrait être enclin à prêter le bateau mais voyait peut être un peu moins les deux autres accepter facilement.

Voyant là l’occasion de naviguer enfin sur le grand lac qui l’intriguait depuis longtemps, c’était l’occasion parfaite pour se faire emmener. Pilar n’avait aucune compétence maritime et était sans doute totalement incapable de naviguer avec autre chose qu’une petite barque seule, et encore elle en était même pas sûre. Mais avec les conseils avisés d’une tierce personne pour guider ses gestes, peut être ferait-elle un équipage de bateau efficace. « Je peux t’aider peut-être ? » lui demanda-t-elle légèrement suppliante, espérant ne pas rater l’occasion d’aller aussi naviguer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Mer 17 Juin - 0:17

Faire tenir l'infini dans la paume de la main, et l'éternité dans une heure
Féminin

avatar


Pilar parle en espagnol. Lune ne parle pas espagnol, mais tout dans son intonation, dans sa gestuelle et sur son visage lui traduisait la question. Elle hocha donc de la tête en répondant : «Pilar.» et en la désignant en retour. Les présentations rustiques terminées vient la partie plus désagréable.

Lune ressentie une vague de culpabilité lorsque la nouvelle venue fit mention des marins desquelles elle empruntait cette petite aventure. Le sang monta à ses joues alors qu’elle cherchait ses mots pour expliquer à la fois la vérité quant à la légitimité de son périple, et du peu de danger que courrait l’embarcation. Et découvrit toutefois non pas un regard curieux et accusateur, mais des yeux brillants et excités qui admirait la barque et la mer. Elle oublia dans un sourire la question lorsque la jeune femme continua sans attendre ses explications.

« Je peux t’aider peut-être ? »

Elle souriait maintenant de toutes ses dents. Omettant de mentir, oubliant les remords, Lune dénoua les dernières cordes qui amarraient l’embarcation à la berge de sable.

- Monte ! Dit-elle en poussant lentement, mais fermement la barque sur le sable fin. L’eau était toute proche maintenant.

Elle aiderait Pilar à monter dès l’eau tirerait le petit bateau vers ses vagues, puis grimperait à son tour, sautant, pieds mouillés, au creux de la pirogue. La douce sensation du bois qui roulait sur les vagues était comme une délivrance. Une grande vague de bienêtre la parcourut : comme lorsqu’on enlève des sandales après une longue marche sur la plage, ou sa parka après une longue journée d’hiver et qu’on se glisse sous des couvertures sèches et chaudes. L’eau portait rapidement les demoiselles au large, si bien que pour le moment les rames ne serviraient qu’à guider la direction.

- Où allez-nous ?

Fit-elle peu après qu’elles aient pris le large.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Jeu 6 Aoû - 9:16

Pionnier
Féminin

avatar


    Pour Pilar, ça serait bien une première ! Pouvoir aller naviguer, elle en sautillait de joie tout en regardant Lune dénouer les dernières cordes qui retenaient l'embarcation. Quand elle eut enfin l'autorisation par un simple « Monte », la brune jeta son sac sur le petit bateau. Elle aida à pousser la barque sur l'eau avant d'y monter, non sans l'aide de Lune, pour ensuite proposer son aide à son tour pour qu'elle puisse rejoindre l'embarcation facilement.

    Appréciant la brise du vent sur son visage, la brune regardait le rivage s'éloigner doucement, portait par le rythme presque régulier de l'eau. L'excitation de son tout premier voyage sur l'eau augmentait à chaque centimètre gagné vers le large. « Merci Lune de m'emmener avec toi ! »

    Elle se pencha ensuite pour tapoter l'eau avec ses mains provoquant nombreuses éclaboussures. « Je ne sais pas. Tu comptais allez-où avant que j'arrive ? » Lui répondit-elle simplement. Ne sachant pas vraiment manier une quelconque embarcation, Pilar se voyait mal imposer une destination et en plus elle s'était incruster au voyage un peu à la dernière minute. C'est ce qui lui plaisait sur Terra, les journées n'étaient jamais vraiment prévisibles et il fallait toujours s'attendre à de nombreuses surprises, bonnes ou mauvaises.

    « Il faut utiliser ça pour aller quelque part ? » demanda-t-elle en montrant une des rames.

    « Tu crois qu'on va remarquer l'absence de l'embarcation ? » dit-elle tournant son visage vers la plage. Pilar essaya d'imaginer la tête des matelots arrivant sur la plage, ne trouvant pas leur construction et elle finit par rigoler toute seule. Après tout, avec une belle journée comme celle-ci, il était tout à fait probable qu'ils aient prévu un passage sur la plage dans la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Jeu 6 Aoû - 17:40

Faire tenir l'infini dans la paume de la main, et l'éternité dans une heure
Féminin

avatar

Elle sourit timidement à la jeune femme lorsque celle-ci la remercia. Ses joues se réchauffèrent un peu alors qu’elle la regardait ensuite rire aux éclats.

Elle haussa des épaules lorsque la question d’une destination fit irruption dans la confortable tranquillité de la mer.

- Não é a meta que importa, mas a viagem. Murmura-t-elle en portugais.

L'important ce n'est pas la destination, mais le voyage. Aussi cliché que ça. Elle n’avait franchement aucun but en tête, et après tout, comment aurait-elle pu alors que c’était la première fois qu’elle s’aventurait sur la couverture satinée de l’horizon. Elle n’y avait même pas pensé. Tout ce qu’elle avait voulu fut de se glisser sur l’eau. Maintenant qu’elle y était, elle ne voulait pas allez trop loin sans connaitre un peu mieux les courants et le ciel qui les dictaient.

- C’est pas grave. Pas grave ! Nós les calmerons ave’ nos beaux yeux. Dit-elle, tout sourire, en faisant papillonner ces paupières. Riant à son tour après avoir terminé sa démonstration.

Elle répondit en même temps à l’autre question en empoignant les rames que Pilar avait désignées. Elles étaient plus lourdes que celles qu’elle utilisait jadis, mais elle n’eut somme toute pas trop de difficultés à les mettre à l’eau. Les muscles de ses épaules n’étaient plus aussi durs qu’ils l’avaient été et elle aurait sans doute quelques courbatures plus tard. Sa mémoire musculaire était quant à elle toujours aussi précise que jamais. Les pagaies qui pendaient au bout de ses bras ressentaient chaque vague, chaque courant, et elle bougeait accordement sans trop d’efforts.

Elle ne voulait pas aller trop loin, alors elle se contenta de diriger la barque vers l’ouest en longeant la falaise. Ces épaules en feu, mais d’un feu si bon.

Action --- Allez vers l’ouest en longeant la falaise.

Après un petit moment et surtout plusieurs roulements d’épaules, au loin, elle aperçut avec curiosité une formation étrange dans le mur de la falaise. Elle était intriguée, heureusement, c’était déjà dans cette direction qu’elle progressait. Voilà une première destination, pensait-elle. L’aventure. La découverte.


Dernière édition par Lune Escher le Jeu 6 Aoû - 18:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Jeu 6 Aoû - 17:50

Je suis le son que personne ne fait, je suis l'ombre dans la nuit, et le vent dans tes cheveux
Féminin

avatar

Vous vous êtes aventurées vers l’ouest, en longeant la falaise :
au loin, vous apercevez avec stupeur ce qui semble être une rupture dans la falaise. Vous vous approcherez lentement, mais surement, et découvrirez une petite plage entourée de verdure, isolée par les murs de rocs.

Félicitation ! Vous venez de découvrir La plage isolée ! Un sous-forum va être ajouté de suite et la section sera à son tour disponible pour continuer vos aventures.



Art by koyamori.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Jeu 6 Aoû - 19:24

Pionnier
Féminin

avatar

    Pilar ne comprenait pas vraiment, même pas du tout le portugais. Mais elle comprit très bien ce que Lune voulait lui dire et n'ayant encore jamais navigué sur un bateau, elle était entièrement d'accord avec elle. Juste profiter du voyage ! Et c'est bien ce qu'elle comptait faire.

    Elle ria de plus belle avec Lune après sa démonstration de battements de cils. « Buena idea ! ». Les deux filles venaient de passer que peu de temps ensemble, mais Pilar était déjà persuadée que toutes les deux s'entendraient à merveille.

    Ne sachant pas manier ce genre d'embarcation, elle ne pouvait que se laisser guider. Pilar regarda Lune prendre les rames et commençait à diriger l'embarcation le long de la falaise. Elles restèrent un moment silencieuses. L'espagnole profita de ce moment pour écouter le bruit des vagues, la musique du vent, tout en étudiant le mouvement des rames. Avant de demander finalement : « ¿ Es difícil ? »

    Le bateau avançait doucement le long de la falaise. « Je peux t'aider ? » se risqua-t-elle à demander finalement sans apercevoir tout de suite de rupture dans la falaise. En avançant tout doucement, s'approchant petit à petit qu'elle commença à apercevoir quelque chose. Elle se leva d'un bon, manquant presque de finir à l'eau. « Là bas ! » cria-t-elle en rétablissant son équilibre. Pilar pointant du doigt la plage qui apparaissait petit à petit sous leurs yeux au fur et à mesure de leur approche . « Una playa ! » Continua-t-elle. « Lune ! Tu as trouvé une plage ! ».

    Pilar ne quittait pas la plage des yeux, essayant de voir un autre passage éventuel pour s'y rendre par la terre. « On va voir ? Je crois qu'on peut s'y rendre qu'en bateau ! ». Elle était impatiente de mettre un pied sur la page, mais elle ne voulait pas non plus s'imposer surtout que tous les efforts jusque là venait de Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer Sam 8 Aoû - 19:19

Faire tenir l'infini dans la paume de la main, et l'éternité dans une heure
Féminin

avatar

Pilar ne parlait pas portugais, Lune ne parlait pas espagnol, les deux langues étaient tout de même liées. Lune ne connaissait certainement pas les longues histoires d’amour et de haine, les frontières qui se sont embrassées et déchirées, les unions et les séparations qui avaient formé ces langues entremêlées, mais elle se rendait doucement compte de leurs ressemblances. Les phrases étaient construites de la même façon, les mots n’étaient pas les mêmes, mais en surface, ils avaient souvent la même sonorité, la même forme abstraite. De ce fait, Lune comprenait généralement Pilar, et Pilar comprenaient visiblement Lune. C’était là un phénomène tout nouveau pour l’Africaine qui avait toujours eu grande peine à communiquer avec les gens du village. C’était agréable et ça rendait la présence de la jeune Espagnole d’autant plus agréable.

- Nã’ … Commenca-t’elle. Le bateau é trop petit. Nous allons nous emmêlarar.

Elle disait cela, mais l’effort commençait drôlement à se ressentir dans ses bras. Elle détestait et adorait cela en même temps. C’était à la fois le temps qui lui rappelait tout ce qu’elle avait perdu et ce qu’elle retrouvait.

- Não se preocupe.. J’ai passei mon enfancia sur un bateau. É comme être chez moi.

Sur la façade de la falaise, une séparation se clarifiait avec chaque roulement d’épaule. Lune aperçue l’éclat doré du sable sans formuler de réponse claire à cette énigme visuelle, et c’est finalement Pilar qui écria la réponse. Une plage. Une plage que personne n’avait encore explorée. Lune trouvait cela bien mystérieux. Après tout, elles n’avaient pas navigué si longtemps.

- Vamos, Vamos ! répondit-elle énergiquement pour accompagner les exclamations victorieuses de la jeune fille.

Et à mesure qu’elles découvraient la plage, elles purent également voir le mur cruel qui l’isolait du reste de l’ile. La plage était en soi assez grande et elle devait même avoir quelques mètres de terre fraiche près de la falaise, puisque de la verdure la bordait. Elle était légèrement en pente, sans doute à cause des marées.

Avec beaucoup d’anticipation, mais finalement peu de temps, la barque rencontra le banc de la plage et elles purent noyer leurs pieds dans le sable chaud.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sur la tête de ma mer


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Sur la tête de ma mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: La baie des pêcheurs-