De perles, d'or et d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: De perles, d'or et d'amour Sam 18 Juin - 16:34

Faire tenir l'infini dans la paume de la main, et l'éternité dans une heure
Féminin

avatar

Je te couvrirai de trésor,
de mémoires heureuses, de nuages de rire et d'échos d'amour

Du moment où Lune avait découvert la plage isolée en compagnie de Pilar, elle avait commencé à imaginer toutes les possibilités qui s’offraient à elle. Elle ne put bientôt plus admirer le paysage vierge sans visualiser la cabane qui prendrait appui sur la paroi la plus solide de la falaise, les parcelles de terre qu’elle remplirait de verdure, le rond de feu qu’elle dessinerait sur l’étendu de sable vide, les rideaux de coquillages qu’elle broderait et desquels elle décorerait son asile. Plus tard, elle amènerait quelques poules et peut-être même une brebis.

Cette plage secrète serait son paradis, et elle n’en ouvrirait les portes qu’à ses proches amis.

Tracer le rond de pierre pour loger le feu fut l’étape la plus simple puisqu’il ne fallut que regrouper les pierres dispersées sur la plage. Pour alimenter un feu, toutefois, Lune dû charrier en bateau du bois afin d’éviter d’épuiser la maigre flore locale. Bien entendu, elle dut corder elle-même le bois afin d’éviter de piller les réserves du village. Qui plus est, elle eut également à trouver et à transporter les matériaux nécessaires à la construction de son adobe.

Alors qu’elle travaillait sur son projet, ses absences ne passaient pas inaperçues, surtout aux yeux de son fils adoptif qui la réclamait de plus en plus. Ainsi, elle ne progressa que lentement… Du moins, jusqu’à ce qu’elle ait pu construire un abri acceptable et balayer une partie des coquillages tranchants qui auraient pu blesser son bambin. Après ses voyages répétés, l’hiver tomba rapidement et elle dut attendre le printemps pour continuer. Elle avait tout de même profité de la saison froide pour tisser des filets de pêche qui assureraient l’alimentation massive de toute la communauté, pour façonner des pagaies et des meubles bancals.

Peu après le printemps, elle put enfin amener Alex qui considérait maintenant la plage comme son repaire, et eux, des pirates. Il n’avait pas tout à faire tort, surtout que son passetemps préféré était de fouiller la plage à la recherche de trésors : au fil du temps, il avait déniché une quantité incroyable de beaux coquillages, d’écailles translucides, des perles de nacre, de morceaux de coraux et de pépites précieuses. Ensemble, ils avaient façonné des décorations et des bijoux qu’ils offraient à l’occasion à leurs amis du village. Lune s’était sinon procuré un gros panier rectangulaire formé de mailles très serrées où son fils pu entreposer leur magot précieux.

Son dernier projet était de cultiver sa minuscule parcelle de terre : elle avait déjà mené plusieurs voyages de terre fertile dans laquelle elle avait planté des germes. Derrière son abri, elle avait transplanté des ronces qui porteraient bientôt des baies prospères. En suivant les conseils volés aux agriculteurs du village, elle avait couvert de spores des buches humides placées à l’ombre de la falaise, puis plantées des germes de haricots poires contre la face ensoleillée de sorte qu’ils grimpent sur des rocheuses. Devant la maisonnette finalement, elle avait semé des tomates rosées.

Elle réalisait toutefois que ces installations nécessiteraient une quantité croissante d’eau douce : elle savait qu’un ruisseau passait près de la falaise et qu’elle pourrait probablement tracer dans la roche un conduit d’irrigation. Pour le moment elle gardait en réserve de l’eau de pluie. Elle avait également essayé de faire bouillir de l’eau de mer pour en faire s’évaporer l’eau douce, mais sans avoir pu trouver un moyen de récupérer celle-ci. Ce procédé l’avait toutefois laissée avec une quantité convenable de sel qu’elle put ramener au village.

Au village, elle devrait d’ailleurs bientôt y retourner. Peut-être qu’en revenant, quelques jours plus tard, elle amènerait enfin avec elle des poules. Pour l’instant, elle profitait du soleil couchant. Elle saisit par la taille Alex après qu’il soit venu porter dans son trésor un énième coquillage, et le fit virevolter dans ses bras jusqu’à ce qu’il éclate d’un rire si léger qu’elle s’envola à son tour avec lui.

Achievement Unlocked !
Succès ! Tu as accompli un défi : Dédier un post entier à l’espace !
Tu peux désormais disposé de l'icône ci-dessus à ta guise pour afficher ton accomplissement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

De perles, d'or et d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: La plage isolée-