Bercée d’illusions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Bercée d’illusions Sam 29 Oct - 0:31

Pionnier
Féminin

avatar

L’année était bien entamée et le temps de préparer des réserves pour l'hiver était venu. Le cargo avec lequel j'étais arrivée dans le Nouveau Monde avait depuis longtemps arrêté de rejeter de la nourriture comestible sur les rives ; maintenant, seuls des planches mouillées et des outils trop rouillés pour que je puisse les utiliser s'échouaient encore de temps en temps. J'allais devoir me fier sur autre chose pour mon deuxième hiver.

Après quelques recherches, j'avais découvert que, étrangement, la plage située près du récif de corail avait de son côté commencé à rejeter de la nourriture fraiche et beaucoup de bois. Sans y accorder trop de réflexion, j’en avais conclu que la violente tempête qui avait fait rage au début de l’été avait du dévorer une partie des iles environnantes, et après les avoir digérées, les rejetait maintenant sur le rivage. Profitant de la quantité intéressante de fruits portés par la mer, j'avais notamment commencé à faire sécher des languettes sucrées, pour moi, et surtout pour mon lémur. En effet, mon ami le lémur ne mangeait que des fruits, qui plus est, des fruits durement gagnés en jouant au dé contre moi !

En dehors de ça, mon alimentation risquait d'être surtout constituée de noix. Cependant, même en étant une bonne source de protéines, l’humaine que j’étais désirait un peu plus de variété. Piètre chasseuse, j’avais après beaucoup d'efforts pu assembler des pièges rudimentaires qui me fourniraient un apport non négligeable de viande. Malgré tout, je n'étais pas encore satisfaite du menu qui allait être à ma disposition pour les cinq prochains mois.

Ainsi, en cette journée ensoleillée, je m’étais installée sur le rivage, pêchant les poissons qui osaient bien mordre à ma ligne. J'allais devoir trouver un moyen de les sécher... ou de les saler ? À voir.

La tête couverte d’un grand voile fait à partir de vieux vêtements déchirés, le cou orné de bijoux faits en métaux mous, j’étais perchée sur un rocher et penchée sur ma petite branche rudimentaire. Je pariais avec moi-même l'espèce ou la couleur du prochain poisson qui daignerait sortir de l'eau. Stipulant de minimes récompenses ou des conséquences mentales en anticipant une prise.

Ennuyé, Lémur était pour sa part couché dans un coin d'ombre, mais lentement avalé par le sommeil montant. Ce soleil, de plus en plus rare à mesure où l'automne s'installait, s’abattait depuis plusieurs heurs sur mon crâne. Je sentais sa chaleur s'infuser en moi et j’appréciais grandement son apport énergétique. Par contre, le soleil, il me jouait des tours. Au début, ce fut sous la forme d'une ombre dessinée au loin. De temps en temps, je devais m'arrêter pour la scruter : des détails arrivaient progressivement, jusqu'à m'imposer l'hypothèse d'un être humain, être rarissime que je n’eusse pas vu depuis plus d’un an maintenant.

Au début de mon aventure, il ne fut pas rare que mon cerveau invente des silhouettes humaines, qui bien sur, s’avéraient toujours fausses. Bien que ce genre d'illusions ne m'avaient pas hantée depuis longtemps, je ne lui portai pas plus attention que ça...Au début. Immobile, seule ma tête se tournait parfois pour observer son approche.

- Tu es juste un bel arbre...Ou encore un maudit cerf ? Ah non. En fait, tu ressembles plus à un ours. Hum.

Plus son image devenait matérielle, plus je lui murmurais des bêtises pour me convaincre que j’étais la seule survivante de mon espèce sur cette ile luxuriante : un monstre dans un paradis, l'erreur d'un scientifique fou, qui, trop imbu de lui-même, avait cru pouvoir modifier la destinée d'une humanité déjà morte.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bercée d’illusions Mer 9 Nov - 8:57

Pionnier
avatar

Cela faisait quatre jours déjà que je voyageais avec mes follecs. Nous nous étions arrêtés une demi-journée prêt des lacs où nous avions campés pour la nuit. Je dois avouer que je n'étais pas des plus rassuré, partir seul et loin ... Blue s'était montrée fine chasseuse et me ramenait de temps à autre quelques proies que je me préparais. Boo jouait plutôt les sentinelles, m'alertant du moindre danger. C'était bien pratique, ce qui l'était moins était sa niaque, il était prêt à en découdre avec n'importe quel animal. Heureusement nous n'avions pas fait de malheureuse rencontre. Quant à Bubble, il restait dans mes pattes, un peu plus peureux que son frère et sa sœur.

Le temps se rafraîchissait chaque jour, la bise un peu plus forte. Je n'étais pas mécontent que Rose-Aimée m'ait donné quelques vêtements en plus. Je ne fut pas mécontent non plus lorsque je quittais les bois pour finir sur une plage étendue. Il y faisait certes plus frais encore avec le vent venu de la mer, mais un peu de ciel à découvert m'emplie de joie. Mes follecs tournaient autour de moi visiblement ravies eux aussi.

Je commençais par m'allonger sur la plage, reposant mes jambes engourdis par tant de marche. Blue, Boo et Bubble se chamaillaient à côté, m'envoyant du sable dans la figure.
- Hey les loulous, on se calme. Dis-je en me relevant
Ils se jetèrent sur moi, me faisant basculer, nous nous bagarrâmes ainsi quelques minutes avant que je ne me relève définitivement stoppant notre chahut.

- Allez mes amours, je suis sûr que nous finirons par croiser quelqu'un.
Nous marchâmes le long de la mer, elle n'était que peu agitée ce jour. Blue nous suivait quelques mètres plus loin, elle avait une aversion pour cette eau salée, surtout depuis notre naufrage. Bubble quant à lui sautillait dans les vagues qui s'échouaient sur le sable.

Je crus apercevoir une silhouette en fond de paysage, sûrement la vue qui me jouait des tours. Je continuais cependant de marcher vers cette direction. Plus je me rapprochais plus la silhouette prenait consistance, un regain d'espoir et d'excitation me tordit le ventre. Et si ...
J'accélérais le pas, oui je crois bien que mes yeux ne me jouaient pas de tour, une vie humaine se profilait devant moi !

Je voulu hurler mais me contint, une approche douce serait mieux venue. Mes follecs partirent en courant vers une petite forme bondissant vers nous sur la plage. Vous ne me croirait jamais ... J'étais fasse à un lémur ! Entouré de mes trois protégés qui le sentait de partout.
- Laissez-le tranquille petits coquins ! dis-je en rigolant.

Puis la fameuse silhouette s'approcha de moi, il s'agissait d'une jeune femme brune, à la peau basanée. Elle était typée et dans son regard marron noisette flottait un air surpris et interrogateur.
D'abord bouche bée je finis par découvrir mon visage caché dans mon chèche puis tendis la main :

- Bonjour, je m'appelle Lance Brennan ... Je ris de bonne foi. Oh désolé, je ne m'attendais plus à croiser qui que ce soit ici ... Comment vous appelez-vous ?

Des centaines de questions se bousculaient dans ma tête, qui était-elle ? Depuis quand était-elle sur Terra ? Etait-elle seule ? A t-elle toujours était sur cette île ? Comment avait-elle connu le professeur ? Le Lémur était-il son compagnon de route comme mes follecs ? Je dû faire un grand effort de retenu pour ne pas harceler cette nouvelle arrivante, mon but n'étant pas de la faire fuir ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bercée d’illusions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Anastasia ✻ Sometimes, illusions are better than truth.
» Labyrinthe des illusions
» Kokopelli : biodiversité, la fin des illusions
» | Derrière son miroir d'illusions
» Cendre de lune, petite bulle d'écume ϟ Bercée par le vent, je déambule [U.C]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: La grande plage :: Le récif de corail-