Va toujours par le chemin le plus court

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Va toujours par le chemin le plus court Mer 7 Mar - 22:34

je suis une actrice qui connaît le jeu qui ne lui fut jamais écrit
Féminin

avatar


J`avais dû fermer les yeux tellement la lumière m`avait aveuglée et lorsque je les ai rouverts, j`étais dans un immense champ aux hautes herbes douces et vertes. Un soleil puissant plombait au-dessus de ma tête, mais un vent très frais me balayait les cheveux. Le sol était meuble est humide, les herbes fraiches…Au loin, j`apercevais une forêt timide, encore à peine verte ; je compris ainsi que comme d`où je venais, le printemps venait à peine de s`éveiller. C`est une bonne chose…une très bonne chose même, car ainsi l`hiver est loin et nous donne, à moi et à ceux qui ne devraient pas tarder à arriver, du temps pour nous installer avant les temps durs de l`hiver. Je regarde autour de moi, les paniers que m`a permis d`emmener mon tuteur trainaient non loin, heureusement que nous les avions recouverts d`un drap de lin car deux étaient reversés.Où pourrais-je donc aller ?  Je décide d`aller vers l`est, simplement car c`est dans cette direction que j`étais dirigée lorsque j`avais ouvert les yeux, quelques minutes plus tôt. À vue, le champ semblait s`étendre encore loin…Combien de temps allais-je devoir marcher ?   Et mes paniers alors, qu`en faire ? Le plus sage serait d`emmener la nourriture en priorité pour éviter que quelque chose vienne grignoter mes provisions…mais le reste ? Devais-je risquer d`aller trop loin et de ne plus les retrouver dans cet immense champ ?

Je regarde autour moi un moment,  non loin il y avait une pierre plus haute que les autres ; j`apporte un à un mes trois paniers à son pied. Ainsi j`aurais moins de difficulté à les retrouver plus tard.

~*~


Je suis chanceuse, ou plutôt, le Docteur est chanceux : il n`aurait pas pu espérer mieux pour son utopie : à peut-être 30 minutes de marche du gros roché ou j`avais laissé deux de mes trois paniers, je découvris une immense vallée. Celle-ci s`étendait presque à perte de vue, au moins, devinais-je, jusqu`au pied des collines que j`apercevais à bonne distance d`où j`étais. De par mon rang de première arrivée, je décidai alors que ceci serait la première demeure du peuple du Nouveau Monde.

~*~


J`avais un peu mangé puis j`étais allé récupérer mon deuxième panier, puis mon troisième. La première chose que j`avais à faire était évidemment de me construire un abri, l`autre de me trouver de la nourriture. L`idéal serait de faire les deux d`un coup…Alors voyons voir, pour me faire un abri j`ai besoin de bois, il y a surement des petits animaux dans les bois au nord de la vallée... peut-être pourrais-je poser quelques collets ? Ainsi j`aurais des chances de prendre quelques prises dans ma trépidante collecte de bâtons.

~*~

J`avais posé les 8 collets de chasse dont je disposais (ceux-là mêmes que je fabriquais le soir où le Docteur est venu me parler du projet pour la première fois. ).

Armée de ma hachette, je ramassais le plus grand nombre de bonnes branches possible, je les disposais ensuite dans le grand drap de lin qui avait servi à couvrir le panier contenant les outils et j`avais attaché sous mes aisselles et tenait de mes mains, tel un sac, au niveau des épaules. Alors que je me penchais pour ramasser un gros bâton bien épais, j`aperçus au loin trois chevaux…L`un à robe blanche avec une crinière rousse, un autre aussi blanc avec une crinière blonde et le dernier portant la robe Isabelle claire et le crains sombre ; ce n`étaient pas vraiment des cheveux par contre : il y avait quelque chose dans leur physionomie qui était légèrement différente et surtout, surtout, ils avaient des cornes. Le roux avait la plus longue et l`isabelle la plus courte.  
 
Les trois chevaux cornus mangeaient paisiblement et j`hésitais à faire le moindre mouvement de peur qu`ils s`enfuient ou pire, m`attaquent. Ce fut finalement le cri d`un oiseau dans le lointain qui  fit celui à la crinière blonde regarder dans ma direction, il se figea sur place, tétanisée. Les deux autres cheveux finirent eux aussi par me voir et tous trois me fixaient désormais avec fébrilité. Lorsque je fis un pas : vaine tentative de peut-être les approcher, le blond et le roux partirent aussitôt au galop, seul celui à la robe Isabelle me fixa encore un moment avant de partir.

~*~


Je suis retournée dans la vallée pour m`installer un campement de fortune.
Sur mon chemin du retour, je fus heureuse de constater que l`un de mes collets avait pris prise : un espèce de petit lapin noir avec de courtes oreilles qui essayait nerveusement de se déprendre du piège.

Une fois que je m`eus construit un miniature abri triangulaire, juste bon à passer une ou deux nuits, j`entrepris d`aller me trouver quelques bonnes pierres pour me délimiter un feu. De l`eau, pensais-je alors que la fumer m`agressait la gorge, comment avais-je pu oublier l`eau ? Fâchée contre moi-même, j`éteignis mon feu me mis en quête d`un cours d`eau, espérant qu`il y en est un tout près ! Pour avoir été cherché mon bois dans la forêt, je savais qu`il n`y avait pas de cours d`eau majeure. Peut-être dans les collines ?  J`explore donc la vallée en espérant que…bingo ! Je viens de mettre le pied dans ce qui me semble être la queue d`un ruisseau, il est vraiment minuscule, mais, s`il existe, c`est qu`un cours d`eau plus important se trouver à l`autre bout.  Plus je m`approche des collines, plus le ruisseau est puissant…Parfait, cette endroit est vraiment parfait ! Je vais chercher mes paniers et réinstalle mon miniature abri à environ 3 minutes du début de ruisseau (je ne veux pas dormir la tête dans l`eau, tout de même). Demain je commencerai la construction d`un abri durable, j`ai déjà une idée de la manière dont je m`y prendrai : se serra une hutte, je lui bâtirai un squelette solide, puis je la couvrirai de peaux. Lorsque je serai bien à l`abri, je penserai à me trouver des pierres bien plates et lises et me ferai un plancher… J`ai suffisamment de peaux  (ou presque) dans mon panier pour faire toute la couverture du la hutte… Je vais donc commencer cela aujourd`hui…

Avec le fil que le docteur m`as permis d`emmener, je commence à relier avec des points très serrés deux fourrures grises de lapin (les coutures toujours sur le coté des poils puisque c`est le cuire qui sera exposé au soleil et à la pluie.) Cinq fourrures plus tard, alors que le ciel était devenu bien trop sombre pour que je puisse continuer, je range le tout dans mon panier et m`installe dans mon abri de fortune et contemple le ciel ; il est magnifique, simplement magnifique ! D`un bleu violacé foncé, de nombreuses étoiles brillent déjà…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Va toujours par le chemin le plus court

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Young-Nam Kang - La liberté n'est pas la vérité, mais le chemin le plus court et le plus droit qui y mène.
» KIM - Le chemin qu’on emprunte est toujours le bon chemin. - TERMINE
» " Le chemin est court qui va de la crainte à la haine "
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Le champ de pierres-