Enfin, la civilisation !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Mer 22 Jan - 10:26

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

La révélation d'Emilie-Anne fit un choc à Pavel. Ce qu'elle avait enduré était pire que ce qu'il pensait. Elle avait une bonne raison de fuir ce régime tyrannique. En jetant un regard sur le jeune Olivier, il ne put s'empêcher de penser à son père, cet homme froid qu'il n'avait rencontré qu'une seule fois. Puisse cet enfant ne jamais savoir qui était son père. Et puisse les autres membres également rester ignorant de ce fait, car plus d'un avait sûrement perdu un être cher à cause de cette brute sanguinaire. Reportant son attention sur la jeune femme, il vit qu'elle commençait à pleurer. Il chercha quelque mot de réconfort, mais il semblait paralysé, impuissant. Et c'était le cas. Il ne s'était jamais retrouvé confronté à pareille situation.
Les relations qu'il avait eu jusque là avec d'autres personnes s'étaient résumées à des ordres de mission, des assassinats, des interrogatoires... Sans oublier les relations plutôt peu loquaces avec les membres de la Résistance. Tout cela semblait à présent le dépasser.

C'est alors qu'il se mit à parler:

"Je vois bien les tourments que vous avez subi. C'était une époque sauvage et brutale. Nous avons tous connu nos problèmes dans ce monde. Les vôtres ont été horribles et... je suis terriblement désolé pour vous. Si vous avez besoin d'une aide quelconque, ou si vous avez besoin de parler de ce qui ne va pas, je serai là pour écouter. Je ne suis peut être pas la meilleure personne, mais... si vous voulez en parler... je suis là."


Pavel éprouvait à la fois tristesse et pitié pour cette pauvre jeune femme. Il ne pouvait pas imaginer ce qu'elle avait vécu. Si dans son histoire il n'avait connu aucune souffrance, c'était parce qu'il était le chasseur. Mais dans son histoire à elle, elle n'avait pas eu cette "chance".
Une boule dans la gorge, le Russe regarda Emilie-Anne. Elle était magnifique malgré la tristesse sur son visage. Une jeune femme. Trop jeune pour avoir eu un enfant, pensa-t-il avec tristesse. Et trop innocente pour l'avoir eu avec Gervideo.


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Mer 5 Fév - 21:52

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar


Émilie regardait le sol. Prenant quelque bouchés de son casse-croute. Pavel lui répondit qu’il était désolé de ses malheurs, mais après tout, qui n'en avait pas eu dans ce monde où les opulents pouvaient faire ce qu’ils voulaient des moins fortunés ? Chasseur ou proie, des dommages étaient toujours fait dans ce monde qui fut aussi noir que le charbon. Ce monde qui ne contaminerait, espérons-le, jamais cette terre d’exile idyllique. Certes, tout y était à faire, mais rien n'était encore endommagé, le charbon était encore un diamant qui brillait au soleil. Anne appréciait l’offre de l’homme, même qu’elle trouvait cela touchant, mais elle n’était pas encore prête à se confier davantage, parce que cela reviendrait à fissurer une digue prête à s'effondre dans une vallé et tout détruire : détruire sa santé mental, fille-mère qui ne peut subvenir que de peine et de misère à son enfant. Au moins Émilie se trouvait chanceuse car elle appréciait son fils, ce bâtard restait son rayon de soleil. Elle aurait pu le renier et décider de ne pas le garder, mais elle s’était tant battue durant ses multiples séances de torture, craignant toujours le pire, espérant que les coups ne le délogeraient pas . .

Sa vie, voilà ce que chérissais Émilie-Anne : la vie de cette petite créature qui n’était aucunement responsable de ses malheurs, un précurseurs, une conséquence - arracherions nous une cicatrice pour nous rappeler une blessure?

Émilie remonta son regard vers l’homme beaucoup plus vieux qu’elle et le détailla ; il avait a peut-prêt l’âge de Gervideo, mais il ne lui ressemblait pas. Au contraire, il avait les cheveux clairs, tout comme les yeux. Il était aussi plus athlétique, démontrant que ses activités physiques ne se résumaient pas à celles qui comportaient un lit, aucun vêtement et plein d’objets insolites. Cette penser la fit rougir et même lui tira un sourire gêné. Le russe pouvait interpréter cela comme il le voulait, la jeune fille s’en foutait, elle voulait seulement continuer la conversation, mais la nuit commençait à tomber et elle devrait bientôt allumer un feu à l’intérieure de la maison si elle voulait pouvoir dormir au chaud et être éclairée. . . Elle n’avait malheureusement pas encore tué une proie suffisamment grosse pour faire des chandelles.

-Bon, va falloir s’activer pour la nuit.

Ses dernières paroles furent dites dans un français québécois propre à la mère. Elle avait prononcé ses mots davantage pour elle que pour lui, une sorte de motivation. Elle aurait pu craindre qu’Olivier se retrouve avec un petit frère si Pavel changeait brusquement de comportement. .. Mais cela étonnerait grandement la fille, ou en tout cas elle essayait d’éloigner cette pensée qui lui venait plutôt par reflexe qu’à cause du comportement de son nouvel ami.

Elle se leva et marcha jusqu’à l’entrée pour amasser des branches et des buches qu’elle passa à son compagnons du soir afin qu’il les mette près du trou à feu - celui-ci était facilement reconnaissable par les cendres qui le couvraient.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Mar 11 Fév - 2:51

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Après avoir gardé le silence un moment, Emilie-Anne regarda Pavel et sourit. Il crut même la voir rougir, mais c'était peut être le fruit de son imagination.

Le Russe était embarrassé. Il n'y avait pas grand monde qui lui avait souri, dans son monde à la sociabilité rigide et fermée. Ce sourire était dur à interpréter, mais pour Ivachko, c'était un sourire de remerciement. Comment en pouvait-il en être autrement, puisqu'il avait essayé de la réconforter. Il n'était pas très doué pour ce genre de chose, mais il faisait de son mieux.

La nuit tombait, et, se levant, la jeune femme prononça des paroles étrangères à Pavel. Sûrement était-ce là sa langue natale. Une langue qu'il n'avait jamais entendue de sa vie, ou en tout cas il ne faisait pas le rapprochement. Quoiqu'il en soit, le Russe vit Emilie-Anne se saisir de branches et de bûches, sûrement afin de créer un feu pour la nuit. Pavel ne savait que trop bien à quel point les nuit étaient froides lorsqu'il n'y en avait pas. Se levant pour aider la jeune québécoise, le Russe plaça les bûches dans l'âtre et se demanda tout à coup si elle avait un briquet... Ou bien devrait-il l'allumer à sa façon?

"Vous avez quelque chose pour allumer le feu? Parce que je peux très bien vous l'allumer comme on me l'a appris, aussi."

Il attendait la réponse de la jeune femme. Pavel nota pendant ce temps qu'elle s'était bien débrouillée pour construire son abri.


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Mar 11 Fév - 19:50

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar


Émilie le trouvait bien gentil, un vrai contraste avec les hommes qu’elle avait côtoyés ces dernières années. Elle se sentait bien avec lui, surement car il lui faisait penser au grand-frère qui avait pris soin d’elle lorsqu’elle était toute jeune, après la mort de leur mère. Elle lui sourit de nouveau lorsqu'il demanda si elle avait quelque chose pour allumer le feu. Curieuse de le voir faire, elle lui proposa de le faire avec sa méthode, après tout, il était préférable de ménager son silex, ainsi, quand il serait parti, elle pourrait encore se débrouiller.

Olivier gazouilla, attirant l’attention de la mère qui vit que sa peluche était tombée hors de la porter du nourrisson. Elle prit cette peluche et la remit entre les mains potelés de l’enfant. Cette peluche, elle l’avait fabriquée lorsqu’elle ne pouvait pas bouger de sa couche, quelque jours après son arrivé chez le docteur Oliver. . .

Lorsqu'il aura allumé le feu, il faudrait que les deux adultes commencent à penser à se coucher car si la journée avait été exigeante,la prochaine le serais tout autant. L’enclos n’était pas fini et ne se finirait pas toute seule. A y repenser, Émilie se demandait déjà si l’homme resterait avec elle pour l’aider à construire les autres bâtiments qu'elle planifiait déjà.

-Dit, après l’enclos, tu crois que tu pourrais m’aider à fabriquer une étable? J’ai entendu dire que les hivers pouvaient être très froid ici. . .

Cette demande fut prononcée en anglais, malgré qu’elle devrait lui apprendre le français, tout comme lui devraut lui apprendrais sa langue, enfin . . . si leur relation s’approfondissait. Mais la chose qui était certaine est qu'elle lui demanderait de l’apprendre à Olivier en temps et heures, enfin, s’il ne mourait pas en bas âge comme le prédisait Ashton.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Lun 17 Fév - 13:07

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Pavel entreprit donc d'allumer le feu. Pour ce faire, il se positionna devant celui-ci et prit une petite branche assez fine. Après cela, il fit un petit tas de bois. Il sortit dehors chercher un peu d'herbe, avant que la température baisse et la rende trop humide. Disposant l'herbe tout autour de la petite branche, il prit celle-ci à deux mains et commença alors à frotter la branche de bas en haut. Le fait de la frotter de bas en haut et de haut en bas rendait l'action continue et plus vivante, ce qui finit, avec la force de frottement, par produire des étincelles, après une bonne minute de travail. Lorsque l'étincelle atterrit sur l'herbe, celle-ci commença doucement à flamber.

Le Russe souffla doucement sur le tison, qui se raviva. En quelques minutes, le feu était prêt. Satisfait de son travail, Pavel regarda en direction d'Emilie-Anne, qui lui demanda si il pouvait, après l'enclos, lui construire une étable. Avec un sourire, il répondit:

"Pas de problèmes, mademoiselle. Une fois l'enclos terminée, je me mettrai au travail."


La sensation de se rendre utile faisait du bien au chasseur. Il espérait se faire une bonne place dans la communauté, en tant que chasseur premièrement, mais aussi en aidant à la construction du village. Autant mettre sa force au profit d'une noble cause...
Ensuite, regardant la petite cabane, il se demanda où il allait pouvoir dormir. A moins que la jeune québécoise ne souhaite qu'il dorme dehors, ce qui lui paraissait normal. Alors, se grattant la nuque, il demanda à son hôte:

"Je peux rester dormir ici? Je ne souhaite pas m'inviter, mais je n'ai nul part d'autre où aller."


Il attendait donc la réponse de la jeune femme.


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Dim 30 Mar - 23:17

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

S’il pouvait dormir? Pourquoi pas, après tout, Émilie l’avait déjà invité, mais après tout, si l’anglais n’était pas sa langue maternelle - ce qui était fortement soupçonnable vu son accent, il pouvait ne pas avoir compris.-

Après y avoir réfléchie, Émilie avait décidé que l’homme dormirait près du mur, lui permettant à elle de prendre soin de son petit, celui-ci pouvant se réveiller à tout moment durant la nuit pour demander le sein. Petit ange, dors, dors, tout va bien aller, la vie est belle, tu seras un jour grand. Jamais tu ne connaîtras la tyrannie de ton oncle et jamais tu ne vivras dans la peur de cet absolutisme. De ce nouvel univers, tu seras de la première génération qui ne se souviendra pas de la terre. Terra est ta chance à toi de vivre heureux, pour toi et ta mère.Tu vois chaques jours sans peur que l’on ne découvre tes origines, sans peur que tu ne sois qu’un pion aussi inutile que semblable à un milliard d’autres.


-J’y est déjà pensé et évidemment, tu pourras dormir ici... à la condition de dormir contre le mur, puisque je dois avoir accès à Olivier en tout temps. Ça te va?

Quand Anne avait dit qu’il devait dormir ici, elle avait pointé ce qui semblait servir de lit. Ils allaient donc dormir dans le même lit, lui et elle, elle et lui. Rien de sexuel, du moins, Émilie-Anne espérait qu'il le comprenait, rien de sentimental non plus, juste le nécessaire pour se protégé et l'aider dans avec un minimum de confort.

Ce soir, Émilie allait sans doute se coucher avec un restant de peur au ventre et allait surement faire des cauchemars, rêver de Gervideo et de sa tortionnaire Ségolène, même si au final, la jeune mère ne regrettrait jamais totalement cet épisode de sa vie, car en plus de lui avoir apporté son rayon de soleil, elle lui avait permis de découvrir ce fabuleux projet, le seul qu'elle juge digne d’appeler un avenir.

Les souffrances passées étaient le juste prix qu'elle aura payé pour qu'elle et son fils aient cet avenir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Lun 7 Avr - 7:22

'' J'allais pas laisser Pavel en suspens au dessus d'une rousse même pas majeure ''
Masculin

avatar

Pavel fut ravi qu'elle accepte de le laisser dormir ici, car il n'avait vraiment nul part d'autre où loger. Et lorsqu'il avait dormi dans les arbres les jours précédents, cela n'avait pas été le lit le plus confortable ni la température idéale... Pensant à cela, il se mit doucement en tête qu'il devrait au plus vite se construire un abri. Il avait assez de ses deux mains pour se débrouiller.

Puis lorsqu'elle montra le lit, le Russe fut très gêné. Il n'allait tout de même pas partager un lit avec cette femme, si? He bien si, du côté du mur pour qu'elle ait accès à son enfant pendant la nuit. Pavel était très gêné. Sa timidité naturelle envers les femmes, n'arrangeait rien. Malgré tout, tentant de cacher ses joues rouge, il répondit que c'était parfait. Il n'était tout de même pas très à l'aise...

Enlevant ses gants et ses bottines militaires, il se dirigea vers le lit, se plaquant contre le mur. Prenant un petit carnet et un crayon usé, il commença à rédiger dans la langue et les caractères de son pays un résumé de sa journée. Une sorte de journal de bord qu'il essayait de tenir à jour. Il profitait qu'il y ait la lumière du feu pour l'écrire, mais après, il s'endormirait. Ou en tout cas essayerait.

Tout en rédigeant pensivement sa journée, il se mit à penser au petit Olivier. Il ne connaîtrait pas l'Ancien Monde. Quelle chance il avait de pouvoir vivre sans avoir de souvenirs de ce monde cauchemardesque... Pavel l'enviait tellement...


Гулага строит характер!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation ! Lun 7 Avr - 11:38

Je suis mère des terres fertiles, j'accueille en mon sein celui qui y chasse
Féminin

avatar

Le russe avait accepté la proposition de la mère. Les voilà désormais liés dans une couchette pour une nuit. Rien de sexuelle, pas d’attirance, juste le besoin de cette chaleur, de se soutien qui fessait défaut à leur monde d’appartenance.

L’homme s’était installé comme s’il était chez lui. Qui sait, peut-être que cette maison pourrait l’être. Anne savait que la vie ici ne serait pas facile, et tant qu’à vivre un peu en solitaire, et donc surement en manque, autant essayer de vivre en communauté. C’était le but de l’aventure, non? Mais comment arriver à vivre dans une communauté qui se voulait altruiste, si le seul modèle qui avait été observé par la rousse était individualiste ; un petit groupe qui s’entraide pour mieux caller les autres, voulant faire une pyramide de corps inertes permettant à quelques individus de respirer, ne pas s’intoxiquer au gaz nocif et purulent. Ces quelques personnes qui arrivaient seulement à survivre dans une commodité peu louable.

Pourquoi faire des efforts, après tout, Ashton pouvait peut-être avoir raison? Ce monde était-il un moment de sursis qui permettrait seulement d’espérer avant que cet espoir ne nous soit arraché? Que toute possibilité d’avenir était éphémère et que nous étions victimes des divagations d’un orphelin trop longtemps enfermé dans une maison étrange au Michigan?

Non! Il fallait se refuser à penser de cette manière, sinon les sceptiques gagneraient et tous les gens ici perdraient. Il était vrai qu’il y avait plusieurs morts à pleurer, mais notre civilisation devenait de mieux en mieux, allant vers la réussite, et la survie du jeune Olivier en était surement la plus belle preuve. Bientôt, d’autres enfants viendront au monde, apportant une nouvelle génération qui ne connaîtrait de l’ancien monde que les racontars des premiers arrivants. Ils inventeront un monde, une langue, et espérons-le, un mode de vie plus respectueux de la nature et de l’être humain.

Émilie alla attiser un peu le feu, elle changea Olivier et alla s’étendre auprès de l’homme qui lui inspirait confiance et méfiance à la fois, ambivalence, signe de peur, mais aussi de survie. La femme s’endormit, la peur au ventre, espérant ne pas le retrouver en elle, mais le retrouver seulement à ses côtés, peut-être la tiendrait-il entre ces bras. Elle n’espérait rien de plus.

Les étoiles dansèrent jusqu’à ce que les rideaux se lèvent, les projecteurs s’allument. Timidité prouvée et immuable, semblable au premier monde. Au contraire de ce paradis, en enfer Anghel, le rideau était non fait de nuages, mais d’un épais brouillard de pollution qui recouvrait presque toute la planète et les rares endroits qui étaient encore sains, servaient soit au plaisir de la famille paternel d’Olivier ou encore à l’agriculture. Quoi que la pluparts des champs étaient désormais éclairés avec des lampes pour permettre une production suffisante de nourriture.

La lune traversa le ciel, rappelant les danseurs, leur performance terminée, place au projecteur qui réchaufferait le temps, signe que l’heure de travailler était venue. La québécoise allaita son enfant avant de préparer un repas sommaire composé de la viande rapportée par le blond et de quelques fruits. Elle réveilla son compagnon de couchette quand le tout fut fini.

Après avoir mangé, Émilie-Anne installa le petit Anghel dans un porte-bébé et marcha vers l’ébauche d’enclos, le russe à ses côtés. Les danseurs n’eurent pas le temps de revenir que l’enclos fut fini. Dans les jours qui vinrent, les deux exportés réussirent à construire une étable sommaire. Vivement la construction de nouveaux outils permettant de faire des planches.

FIN






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Enfin, la civilisation !


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Enfin, la civilisation !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Constat d'une civilisation en détresse
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}
» les cathos en érection pour défendre leur "civilisation
» ⊱ Les préjugés sont les pilotis de la civilisation ⊰ (LIBRE)
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra  :: L'île de la vallée :: Le village de la vallée-